Le Symbole du Serpent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Symbole du Serpent

Message  Freya le Lun 25 Nov 2013 - 9:35

De tous les animaux le serpent est bien le seul à n’avoir ni poils ni plumes, et l’absence de pattes l’oblige à onduler sur le sol, lieu où les deux mondes se rencontrent. Mais il aime par-dessus tout se réfugier dans les couches profondes du monde inférieur dont il connaît tous les secrets.
Selon son besoin, son apparence se fait mâle ou femelle. Et comme dans la légende de Mélusine, avec un sifflement aigu le serpent enroule son corps froid autour de celui du seigneur de Lusignan, et l’étouffant presque sous le poids de ses anneaux il lui fait avaler toute sa salive et son venin. Alors, de la peau du monstre surgit une jeune fille. Ce serpent est donc à la fois celui des couches profondes de notre conscience et de la terre. Il est secret, énigmatique, et ses réactions sont imprévisibles.

Le serpent aux sources de la vie
Primitivement, les grands dieux cosmiques ont toujours été représentés par des serpents voire un « serpent jumeau ». Dans ce cas précis, le serpent est un complexe archétypal lié au marécage primordial où toute vie vient à la manifestation. Et en toute logique, les Chaldéens eurent le même mot aussi bien pour le serpent que pour la vie.


Les anciens Egyptiens honoraient Renenoutet, déesse-serpent chtonienne,  protectrice des moissons et des silos à grains, et préféraient confier la  préservation de leurs récoltes à des couleuvres plutôt qu’à des chats trop nonchalants à leur goût.



Chez les Grecs, Cécrops, roi-serpent autochtone, serait le fondateur d’Athènes, et l’ancêtre de la tribu des Cécropides.



En Eurasie, les fleuves sont considérés comme des serpents géants, et ces fleuves-dieux comme le Tibre sont appelés Ophis ou encore Draco pour le Père Rhin.

L’Ouroboros, le serpent qui se mord la queue, est apparu en premier en Egypte sous le nom du dieu Hâpy. Il évoque le cycle de l’eau et donc aussi de la vie. Comme le serpent, sa demeure reste cachée dans les profondeurs de la terre. Il n’est non seulement la vie, mais encore la durée de celle-ci. De sa ligne sinueuse il associe les contraires et enferme l’océan primordial au milieu duquel se trouve l’îlot de la terre. Il est le symbole d’un cycle d’évolution refermé sur lui-même.

Mais le serpent est également la divinité des nuages et de la pluie fertilisante, aussi chez les Celtes s’allie-t-il le pouvoir des cornes du bélier et devient ainsi le serpent criocéphale, le dieu Cerunnos. En Extrême-Orient ce sont les dragons ailés qui remplissent ces fonctions, et en Amérique Centrale le Serpent à Plumes.

 
Redoutable dans ses colères, le serpent Midgardorm des livres sacrés de l’Edda,  provoque les tempêtes et des raz-de-marée en buvant de l’eau ou encore en s’ébrouant. Apophis le dieu-serpent des anciens Egyptiens déclenche lui aussi intempéries et raz-de-marée.

Dans la Grèce antique, la coutume voulait que du lait soit répandu sur les tombes pour les âmes des défunts réincarnés en serpents. A Rome, l’esprit-gardien ou genius, était un serpent.

Dans le tantrisme, la Kundalini est lovée à la base de la colonne vertébrale sur le chakra du sommeil. Et selon certains auteurs, le serpent serait le symbole de l’âme.

Le serpent protecteur de la vie
Si le serpent peut donner la mort ou laisser la vie, il sait aussi la protéger. Ainsi, sur le pschent des Pharaons se dresse la déesse-cobra Ouadjet dont le venin était une flamme. Terrifiante et apaisée à la fois, elle se penchait sur le front du souverain pour le protéger de ses ennemis. Et Pharaon, le jour de son couronnement lui rendait cet hommage :
« …
O magicienne, ô serpent de feu,
Que la terreur d’envers moi soit comme la terreur envers toi,
Que la peur d’envers moi soit comme la peur de toi
Que le respect de moi soit comme le respect de toi
Fais que je gouverne, que je sois un guides vivants
Que l’amour de moi soit comme l’amour de toi
Fais que je sois puissant, que je sois un guide des esprits
Rends ma lance solide contre mes ennemis ! »

L’œil d’Ouadjet ayant protégé Horus enfant, les mères égyptiennes le considéraient comme un talisman et le mettaient à leurs petits pour les protéger.



Le serpent-médecine
Le caducée est fait pour être tenu en main. Symbole antique il révélait le secret des canaux subtils (nadis), entrelacés autour des centres de pouvoir que sont les chakra, et l’entrée du prana avec l’air représenté par les ailes situées au chakra de la base du crâne. Dans ce symbole, le bâton central représente également le Feu cosmique, le serpent sinueux de gauche – la Vie, et le serpent de droite – la Conscience. Il symbolise aussi les 4 éléments – le bâton représentant la Terre, les Ailes l’Air, les serpents le Feu et l’Eau par le mouvement ondulant. Le serpent est médecine et doit être compris comme le caducée.

Le procès du serpent
Le Christianisme n’a hélas, jamais reconnu que l’aspect négatif du serpent. Si dans ses textes sacrés : « les serpents terrestres envoyés par Dieu font périr beaucoup de monde », en Israël par contre, le peuple élu retrouve vie par le serpent lui-même. Les anciens papyri égyptiens sauvés des flammes de l’incendie de la bibliothèque d’Alexandrie et déposés dans le Serapeum furent recopiés par les premiers chrétiens qui purent lire dans le Livre des Morts, l’épisode d’Apophis et le rôle qui lui était dévolu. Malheureusement,  ils n’y virent que l’incarnation monstrueuse du maître des enfers qui allait donner naissance au Satan biblique. Pourtant, Apophis apparaît dans le Livre des Morts comme le grand régénérateur et initiateur du monde souterrain et solaire. Mais il ne va pas tarder à apparaître comme une puissance hostile. Avec la valorisation positive de l’esprit et celle négative des forces naturelles, inexplicables voire dangereuses, par lesquelles se formera peu à peu le concept non plus physique mais moral du Mal.


Vers une réhabilitation du symbole du serpent
Le serpent incarne la vie originelle et on ne peut renier toutes les valeurs nocturnes dont il participe et qui constituent le terreau de l’esprit. Lié aux sources de la vie et de l’imagination, le serpent a conservé de par le monde son attraction comme sa répulsion. Mais en dépit de toutes ces turbulences passées, le caducée continue à nous rappeler que le serpent donna naissance à la médecine, à Satan, à Quetzalcoatl le Serpent à Plumes et aux empereurs de Chine.

avatar
Freya

Messages : 879
Date d'inscription : 24/08/2012
Localisation : Vosges

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Symbole du Serpent

Message  Freya le Sam 1 Fév 2014 - 11:04

Le serpent bicéphale quant à lui, symbolise l'Esprit de la Terre-Mère.

avatar
Freya

Messages : 879
Date d'inscription : 24/08/2012
Localisation : Vosges

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum