Réflexions sur le redshift cosmique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Réflexions sur le redshift cosmique

Message  patanjali le Jeu 15 Sep 2016 - 16:15

En 1924, Edwin Hubble a démontré que les petites taches floues de lumière que nous voyons dans le ciel sont "d’énormes îles de milliards d'étoiles." L'examen des grands télescopes a révélé que plus une galaxie apparait faible et  petite, et plus le décalage de son spectre vers le rouge (redshift) était important. Hubble attribuait la faiblesse de luminosité  à l’éloignement et le redshift à une perte d’énergie selon une loi  physique encore inconnue (lien).

C'est au russe Alexandre Friedmann et au prêtre catholique belge Georges Lemaître que l'on doit l'interprétation initiale du redshift par un effet Doppler-Fizeau proportionnel à la supposée vitesse d'éloignement des galaxies. Cette théorie qui attribue l'origine de l'univers à une explosion suivie d'une expansion créant de la matière, a connu un succès d'autant plus grand qu'elle attribue un début et un âge à l'univers qui semblait confirmer le mythe de la genèse du monothéisme.
De plus, comme le redshift observé est le même dans les trois directions de l'espace, cela indiquerait que toutes les galaxies s'éloigneraient de la Terre qui serait donc le centre du monde, l'endroit même où se serait produit le Bigbang, donc la création. On reviendrait donc à une conception anthropocentrique du monde, proche de celles d'Aristote ou de Ptolémée.
Cette conséquence étant inacceptable, les scientifiques ont expliqué la vitesse d’éloignement présumée par une dilatation de l’espace. Wikipédia, se moquant de notre intelligence, veut nous faire croire que l’univers se dilate comme la pâte d’un cake mais que les galaxies, comme les raisins du cake, ne se dilateraient pas. Ceci permettrait à l’intérieur de notre galaxie, de mesurer la dilatation de l’espace à l’extérieur de la galaxie, que nous ne pourrions pas mesurer si nous nous dilations en même temps.

L’expansion de l’espace heurte le bon sens.  L’idée vient de la relativité et de la courbure de l’espace-temps d’Einstein qui est absurde. Par rapport à quoi l’univers serait-il en expansion ? Par rapport à quoi l’espace serait il étendu et limité ? Qu’y aurait-il avant le Big bang ? - Il faut chercher d’autres explications qui ne font pas intervenir une supposée vitesse d’éloignement; il y en a au moins trois.

L’effet Doppler existe en cosmologie et dans les deux sens. Il existe comme décalage vers le rouge lorsque les corps célestes s’éloignent mais aussi comme décalage vers le bleu lorsqu’ils se rapprochent. C’est le cas de la galaxie d’Andromède, la plus proche, qui se rapproche de notre Voie lactée à la vitesse de 430 000 km/h. Mais ces vitesses sont modérées et n’expliquent pas le redshift cosmique.

Le redshift intrinsèque est proposé par les scientifiques qui soutiennent  les conceptions de l’Univers électrique et refusent l’expansion de l’espace. Ils ont découvert des quasars à redshift élevé situés devant des galaxies à redshift faible. Des observations  indiquent que des objets à hauts redshifts sont éjectés par des galaxies actives. Elles invalident la théorie selon laquelle les redshift les plus élevés, ceux des quasars, seraient aux confins de l’univers et les premiers corps matériels produits après le big bang du big-bang, permettant de calculer un âge et une limite de l’univers. Le redshift intrinsèque serait produit au lieu d’émission, dans les quasars. Ces amas plasmatiques ont une densité énergétique telle que la masse des nucléons et par conséquent les orbites et niveaux des électrons sont plus étendus que ce que nous mesurons dans notre galaxie. Par conséquent les spectres de fréquences sont décalés selon une échelle quantique discontinue, confirmée par les mesures. Le redshift intrinsèque explique le spectre des quasars qui sont régulièrement situés prés de galaxies dont le redshift est moins important. Cependant le redshift intrinsèque n’explique pas le redshift des galaxies qui augmente avec leur éloignement.

Le redshift cosmique
que Hubble attribuait à l’éloignement, peut être expliqué par des lois physiques connues.
Ceci est mon hypothèse : Je postule que la lumière ne se propage pas par les présumés photons d’Einstein mais par des ondes sphériques qui obéissent aux lois fondamentales de l’optique.
L’énergie d’une onde sinusoïdale est  proportionnelle à sa fréquence f et au carré de son amplitude A. L’intensité de l’onde lumineuse équivalente à son énergie est formulée ainsi:

I = k * f.A2 où k désigne un ensemble de constantes qui dépend essentiellement du milieu d’onde.
(lien)

L’amplitude d’onde diminue en principe avec le carré de la distance, car l’énergie de l’onde diffuse en surface sphérique. Mais elle ne peut pas diminuer infiniment en raison du moment cinétique minimal appelé quantum de Planck. Au cours des très grandes distances intergalactiques, l’énergie est conservée et une amplitude supérieure au minimum de Planck est maintenue, mais cela  aux dépens de la fréquence qui diminue.

Il se produit donc nécessairement un décalage vers le rouge en fonction de la distance, pour conserver l’énergie et une amplitude d'onde supérieure au minimum de Planck.
avatar
patanjali
Admin

Messages : 772
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 81

http://sys.theme.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum