Des principes aux valeurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Des principes aux valeurs

Message  patanjali le Jeu 23 Mar 2017 - 8:48

A - Principes premiers, fondements des valeurs
Il existe aujourd'hui un débat sur la crise des valeurs. On parle de valeurs vitales, culturelles, éternelles, de philosophie des valeurs. Wikipédia définit la valeur en philosophie comme une évaluation « à l'aune et en fonction de quelque chose d'autre" et pose la question : « sur quoi sont-elles fondées ? » - « Comment rendre compte du sens des valeurs en les asseyant sur des principes ultimes ? »
Les philosophes postmodernes se fiant à l'approche phénoménologique ont nié les valeurs, ou les ont réduites aux désirs subjectifs. Certains pourtant leur reconnaissent une certaine objectivité en tant qu'intuition ou une existence intrinsèque dans le sens des principes apodictiques de Platon.

Principes universels des traditions
Les grandes traditions orientales fondent leurs cosmologies sur trois principes (trimurti védique, trikaya bouddhiste, trismégisme égyptien, yin-yang-qi taoïste). Dans d'autres traditions le sens de cette trilogie est exprimé dans des allégories  ou symboles sous forme humaine (Osiris, Isis, Horus), animale (anaconda, puma et condor des Incas) ou sous forme d'arbre de vie (Yggdrasil).

Les principes des traditions européennes
Platon attribue l'unité et existence vitale aux éléments.  De manière analogue, Aristote définit quatre causes: la cause  matérielle, la cause efficiente, la cause formelle et la cause finale qui en est l'union. ((Ontologie chez Platon et Aristote)
Les néoplatoniciens expliquèrent l'existence par trois hypostases, qu'Origène interpréta par la trilogie chrétienne corps, âme et esprit et qui conduisit au "symbole de Nicée" de la trinité: Fils, Saint-Esprit et Père. La trinité chrétienne est une interprétation allégorique, personnifiée, déviant de la conception abstraite des hypostases néoplatoniciennes.

Les principes redécouverts en science
Dans le discours scientifique on évoque les notions de matière, d'énergie et d'information de manière intuitive. Pourtant en physique, matière et énergie sont mathématiquement identifiés et quantifiés et l'information est également numérisée.
La théorie des chaos et les structures dissipatives de Prigogine ont rendu leur sens premier et intuitif à ces notions. La matière est une structure spatiale complexe; sous l'apport d'énergie cohérente, elle devient instable, sensible aux influences "aléatoires", informations de l'environnement. La matière devient vivante et se transforme par auto-organisation sous l'influence de l'environnement.

La corrélation des éléments de la structure complexe est attribuée par Prigogine à l'effet non local des résonances de Poincaré, ce qui conduit aux conceptions de mécanique ondulatoire et à l'harmonie des phases de Louis de Broglie. Plus fondamentalement, l'auto-organisation par corrélation de phases est fondée par Yuri N. Ivanov dans sa Rythmodynamique sur trois postulats essentiels: l'espace physique, milieu d'ondes, la propagation d'ondes et les interférences d'ondes, principes sous-jacents respectivement à ce qu'on appelle matière énergie et information.

Il est dès lors justifié, pour désigner les conditions de l'auto-organisation, de revenir aux quatre causes d'Aristote, la cause matérielle, la cause efficiente et la cause formelle, dont la corrélation conduit à l'unité, cause finale.

La trilogie ne se résume pas à la physique. Elle se retrouve sous des formes différentes en biologie et sociologie. Elle est surtout évidente dans l'auto-organisation de notre pensée, manifestée dans la structure grammaticale du langage: toute phrase comporte essentiellement des noms (cause matérielle) un verbe de relation ou d'action  (cause efficiente) et des adjectifs ou compléments qualitatifs (cause formelle). Les spécialistes en linguistique ont ignoré cette trilogie parce que trop simple et évidente pour leur raison analytique. Elle conditionne pourtant notre pensée dans tous les domaines, scientifiques ou autre.
avatar
patanjali
Admin

Messages : 772
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 81

http://sys.theme.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des principes aux valeurs

Message  patanjali le Jeu 23 Mar 2017 - 9:07

B -  Qualités et valeurs, conséquences des principes fondamentaux
Trois principes fondamentaux - le matériel, l'efficient et le formel – sont les causes ou conditions de l'existence par auto-organisation. L'unité ou corrélation des trois est la cause finale, l'existence.

A chacun des trois correspond une qualité fonctionnelle. A l'efficient correspond l'activité, au matériel la stabilité et au formel l'adaptation ou créativité. Mais chaque qualité est définie par opposition à une qualité contraire et complémentaire. L'activité est opposée à la réceptivité, la stabilité à la mobilité et la créativité à la conservation.

Les six qualités, principales et complémentaires, sont des repères dans un spectre continu de qualités possibles, comme les couleurs principales rouge, bleu et vert forment avec les trois couleurs complémentaires le spectre continu des couleurs. En effet la vision colorée est aussi un résultat de l'évolution biologique par auto-organisation, selon les mêmes trois principes ou causes


Il en est ainsi aussi des valeurs morales. Elles ont un fondement objectif dans les conditions existentielles universelles mais sont formulées conventionnellement en fonction d'intentions sociales particulières. C'est ainsi que la doctrine catholique a formulé des vertus théologales et cardinales.

Les trois vertus théologales (en noir) sont la Foi, la charité et l'espérance. La Foi ou fidélité à la révélation devait assurer la stabilité, la charité devait régir les relations et l'espérance animer l'organisation de l'Etat et de l'Eglise.

Les quatre vertus cardinales (en violet) sont analogues aux quatre causes d'Aristote. La prudence ou probité  en est la première; placée au centre, elle réunit les trois autres vertus - le courage, la justice et la tempérance. (Pour garantir la symétrie, j'ai ajouté trois vertus complémentaires en gris). Les vertus cardinales sont des disciplines exigées autrefois des chevaliers, templiers ou croisés qui défendaient le pouvoir théocratique.

L'exemple des doctrines morales de l'Eglise catholique montre que bien que les valeurs aient un fondement réel leur application conventionnelle est affectée par une intention.


Conclusion
Les qualités ou valeurs sont fondées sur les principes premiers, conditions de toute existence. Les valeurs morales expriment des conditions d'existence d'une société ou d'une culture.
Les principes premiers sont universels, intuitifs et métaphysiques, indémontrables par quelque chose d'autre. Ils peuvent seulement être décrits comme symboles ou désignés par des concepts abstraits, tels que les éléments traditionnels ou les causes aristotéliciennes.
Les valeurs morales par contre dépendent du contexte et de la situation sociale et culturelle particulière. Leur expression et application dépend en partie d'intentions subjectives.

Pour comprendre les valeurs par leur fondement métaphysique, il est nécessaire de se départir non seulement des doctrines cléricales mais aussi de la logique empiriste aristotélicienne et du réductionnisme analytique cartésien. Il faut revenir à la logique de complémentarité des contraires et à l'analogie de la Tradition. Cela ne sera possible qu'après l'effondrement de l'empire occidental et de ses idéologie et un retour au bon sens et à la sagesse sur lesquels sont fondées l'orthodoxie russe, le taoïsme chinois et le védantisme indien.
avatar
patanjali
Admin

Messages : 772
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 81

http://sys.theme.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des principes aux valeurs

Message  Enkidu le Ven 24 Mar 2017 - 17:43

Très intéressant, merci Smile

Serait-il possible d'avoir un éclaircissement sur le binôme "opposé-ordré" ? ça me semble un peu moins clair que le reste...
avatar
Enkidu

Messages : 14
Date d'inscription : 17/01/2017
Localisation : Ardèche provençale

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des principes aux valeurs

Message  patanjali le Ven 24 Mar 2017 - 18:40

Par ordré je comprends ordonné ou conventionnel, conforme à l'ordre établi.
Par opposé je voulais dire oppositionnel, non-conforme, alterant l'ordre.

il y a de nombreux synonymes selon le point de vue, fonctionnel, psychique ou social.
Par exemple j'aurais dû mettre "passivité" en opposition d'activié
avatar
patanjali
Admin

Messages : 772
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 81

http://sys.theme.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des principes aux valeurs

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum