Rapa Nui : cultes, anthropophagie et liens culturels de l'île de Pâques

Aller en bas

 Rapa Nui : cultes, anthropophagie et liens culturels de l'île de Pâques Empty Rapa Nui : cultes, anthropophagie et liens culturels de l'île de Pâques

Message  Freya Dim 27 Fév 2022 - 14:25

A 3 500 km à l'ouest au-delà de la côte du Chili, s'élève aux milieux des flots bleu foncé du sud-est de l'océan Pacifique, l'île de Pâques. Le nom un peu plus approprié de cette île des plus mystérieuses est son nom polynésien actuel :  Rapa Nui. Son nom d'origine est encore plus approprié :  Te pito o te Kainga a Hau Maka, qui signifie « le nombril du monde ». Cette île isolée repose au-dessus de la plaque tectonique de Nazca, ce qui en a fait un lieu propice à l'activité volcanique/tectonique démontrée par la présence de ses volcans éteints et fusionnés, de ses lacs de cratère, ainsi que d'un labyrinthe complexe de grottes et de tubes volcaniques sous sa surface.
Les îles extrêmement loin de toute civilisation et qui étaient habitées dans les temps reculés, peuvent être une mine d'informations pour ceux qui cherchent à déchiffrer l'histoire humaine car elles servent souvent de capsules temporelles, préservant les trésors anthropologiques et archéologiques. Une fois ouverte, cette capsule temporelle particulière révèle une image inquiétante de cultes conflictuels et d'anthropophagie, tous deux ayant de curieux liens interculturels.


 Rapa Nui : cultes, anthropophagie et liens culturels de l'île de Pâques 1000_f11

Mythes traditionnels et Moai

Bien qu'il n'y ait absolument aucun consensus académique parmi les universitaires en ce qui concerne la colonisation et les origines de l'activité humaine sur l'île, le récit le plus largement accepté est qu'à un moment donné entre 300 et 1200 après JC, des colons polynésiens sont  arrivés depuis les îles Marquises ou les Iles Gambier. Après avoir colonisé l'île, ils se sont divisés en deux confédérations distinctes et rivales vers 1500 après JC. Les deux confédérations étaient basées sur la lignée et au fil des siècles, elles se sont engagées dans la construction de temples, de routes et de statues colossales/énigmatiques, les Moai.

La meilleure supposition des experts présumés est que ces projets de construction intensifs ont dévoré une grande partie des ressources naturelles de l'île - en particulier  les arbres,  qui, selon eux, furent décimés par des coupes constantes destinées à fournir des étais et des cordages utilisés dans les projets de constructions mégalithiques maniaques. Puis, selon l'histoire, peu de temps après l'arrivée des explorateurs européens vers 1720 après JC, l'enfer se déchaîna sur l'île et les deux clans s'engagèrent dans une guerre civile, renversant les statues sacrées et plongeant l'île dans les affres de la famine et le chaos. Cette seconde vague de malheurs ne fait aucun doute ; cependant, l'histoire plus ancienne de l'île, bien que fréquemment présentée comme un fait relatif, est en contradiction flagrante avec les traditions orales indigènes et de nombreuses bizarreries archéologiques.

 Rapa Nui : cultes, anthropophagie et liens culturels de l'île de Pâques 1000_f12

Chaos moderne
Toutes spéculations savantes mises à part, les insulaires furent certainement anéantis entre le milieu du XIXe siècle et la fin du XIXe siècle. Des affairistes et des colons européens enlevèrent ou contraignirent près de la moitié de la population à servir de main-d'œuvre esclave, principalement au Pérou, pour travailler dans des industries en plein essor comme la canne à sucre ou les plantations de caoutchouc. Les insulaires qui réussirent à échapper à cette horreur furent malheureusement victimes d'une autre : la variole. Cette maladie qui balaya la population fut transmise par les affairistes européens, et les quelques insulaires qui en réchappèrent d'une manière ou d'une autre, retrouvèrent le chemin de leur île seulement après leur calvaire.
Il est estimé qu'au cours de cette période, la population chuta de 94%, passant de plusieurs milliers à seulement quelques centaines. C'est principalement cette période de mort et de dévastation qui enterra l’histoire ancienne de Rapa Nui encore plus profondément sous les couches de temps à présent surmontées de confusion. Ainsi, par souci de clarté, il semble y avoir eu de multiples effondrements ; le premier est lié aux factions concurrentes sur l’île et conduisit à l’arrêt soudain de la construction de Moai, et le second plus récent a été saccagé par des navigateurs affairistes.


 Rapa Nui : cultes, anthropophagie et liens culturels de l'île de Pâques 1000_f13

Les chroniques de Jacob Roggeveen
Le  dimanche de Pâques du 5 avril 1722, le navigateur hollandais Jacob Roggeveen débarque, marquant le premier contact enregistré entre les Européens et les insulaires. Selon les chroniques de Roggeveen, lui et son équipage ont été témoins de gigantesques habitants à la peau claire, aux longues oreilles tombantes, aux cheveux roux, couverts de tatouages ​​et de peinture corporelle qui se livraient à une forme de culte ou de vénération des énormes statues de pierre :
"Jusqu'à présent, mes récits gagneront du crédit, car ils ne contiennent rien d'inhabituel, mais je dois déclarer que ces sauvages sont d'une taille plus que gigantesque, car les hommes sont deux fois plus grands et plus épais que le plus grand de notre peuple ; ils mesuraient, de l'un à l'autre la hauteur de douze pieds (3,7 mètres), de sorte que nous pouvions facilement - qui ne s'en étonnera pas - sans nous baisser, passer entre les jambes de ces fils de GOLIATH. Selon leur taille ainsi que leur épaisseur, ils sont très bien proportionnés de sorte que chacun aurait pu passer pour un HERCULE ; mais aucune de leurs femmes n'a atteint la hauteur des hommes, ne dépassant généralement pas dix ou onze pieds (3 ou 3,4 mètres). Les hommes avaient le corps peint d'un rouge ou d'un brun foncé, et les femmes d'une couleur écarlate. Je ne doute pas que la plupart des gens qui liront le récit de ce voyage n'accorderont aucun crédit à ce que je raconte maintenant, et que ce récit de la hauteur de ces géants passera probablement avec eux pour une simple fable ou fiction ; mais ce que je déclare, c'est que je n'ai écrit que la pure vérité, et que ce peuple, après la plus belle inspection, était en fait d'une taille que j'ai décrite ici."

Autres anomalies

Une autre collection de récits très étranges vient de 1864 après JC et a été documentée par le missionnaire Eugène Eyraud, qui a noté que les habitants qui ne vivaient pas distants de l'océan, étaient plutôt des agriculteurs experts, et il a également noté que la classe dirigeante de cette caste au système rigide, était génétiquement distincte. "Ces sauvages sont grands, forts et bien bâtis. Leurs traits ressemblent beaucoup plus au type européen que ceux des autres insulaires d'Océanie."

 Rapa Nui : cultes, anthropophagie et liens culturels de l'île de Pâques Rongor10
Tablette de Rongorongo.

Eugène Eyraud est également connu pour être à l'origine de la découverte des tablettes de Rongorongo écrites dans cette langue mystérieuse et encore non déchiffrée. Eyraud a également acquis certaines des statues en bois extrêmement rares que l'on peut maintenant trouver dans divers musées européens et qui représentent des hommes avec des têtes allongées, de longues oreilles tombantes, des visages anguleux avec des pommettes saillantes, des yeux démesurément grands et de curieuses protubérances le long de leur colonne vertébrale. Revenons à Roggeveen qui parle des détails supplémentaires sur les traits des « longues oreilles » (comme les appelaient les autres habitants, certainement polynésiens) :

"Leurs oreilles étaient si longues qu'elles pendaient jusqu'aux épaules. Ce que comprend la forme de culte de ces gens, nous n'avons pu recueillir aucune connaissance complète, en raison de la brièveté de notre séjour parmi eux ; nous remarquons seulement qu'ils allument du feu devant certaines figures de pierre remarquablement hautes qu'ils ont érigées ; et, ensuite, ils s'accroupissent sur leurs talons, la tête baissée, ils rapprochent les paumes de leurs mains, les lèvent et les abaissent alternativement."

L'explorateur néerlandais a également fait remarquer que d'autres habitants de l'île ne pratiquaient pas cette vénération cérémonielle des Moai, seulement les insulaires qui sont génétiquement étranges.


 Rapa Nui : cultes, anthropophagie et liens culturels de l'île de Pâques P1120610
Vue de dos, authentique statue Moaï Kavakava en bois.

Anthropophagie et dissonance cognitive
En entrant dans le domaine du grand tabou, il convient de nier que la dissonance cognitive se déchaîne au sein des communautés archéologiques/anthropologiques. Apparemment, l'ancienne pratique de l'anthropophagie est si odieuse pour beaucoup d'entre eux qu'ils perdent toute objectivité et sombrent dans l'illusion, préférant nier que des pratiques telles que le sacrifice humain rituel et l'anthropophagie aient réellement eu lieu. Mais il est certain qu'ils l'ont fait.
Les traditions orales indigènes regorgent d'histoires d'anthropophagie et l'explorateur et ethnologue norvégien Thor Heyerdahl (qui fut le premier à mener des fouilles sur l'île) a rapidement déterminé que les restes humains découverts sur le site d'Ahu Nauna (un temple  Moai) étaient des ossements humains calcinés portant des marques de coups, preuves claires de sacrifice humain / d'anthropophagie rituels. Un récit des années 1800 après JC vient renforcer ces preuves. Enregistré par le père Gaspard Zumbohm - le souvenir indigène que ce haut clergé maintenant disparu, avait l'habitude de manger des enfants dans le cadre du culte de leur divinité Makemake.

 Rapa Nui : cultes, anthropophagie et liens culturels de l'île de Pâques 1000_f14

à suivre ...
Freya
Freya

Messages : 1261
Date d'inscription : 24/08/2012
Localisation : Vosges

Revenir en haut Aller en bas

 Rapa Nui : cultes, anthropophagie et liens culturels de l'île de Pâques Empty Re: Rapa Nui : cultes, anthropophagie et liens culturels de l'île de Pâques

Message  Freya Lun 28 Fév 2022 - 16:07


Anthropophagie, confusion et contradiction

De nombreux universitaires modernes tentent de minimiser ou de nier carrément les preuves de troubles civils et d'anthropophagie rituelle de l'histoire ancienne de l'île, mais ces conflits de classe et ces activités anthropophagiques ne sont pas seulement attestés par les traditions orales, mais aussi par les preuves textuelles et archéologiques. En 2005, l'expert, érudit et auteur de Rapa Nui, Shawn McLaughlin, a compilé un essai exquis sur la question intitulé "Anthropophagie et île de Pâques : évaluation, discussion des probabilités et étude de la littérature sur le sujet".

 Rapa Nui : cultes, anthropophagie et liens culturels de l'île de Pâques Sa85_013

McLaughlin adopte une position extrêmement objective et prudente, et dans son essai se trouve une mine de preuves tangibles et circonstancielles combinées à des accusations justifiables envers les universitaires négationnistes de préjugés motivés par l'émotion qui cherchent désespérément à nier ce qu'affirment toutes les preuves. En d'autres termes, malgré la neutralité de McLaughlin, son essai prouve définitivement que l'anthropophagie rituelle se pratiquait sur Rapa Nui :
"Lee (l'archéologue américaine Dr. Georgia Lee) poursuit en citant « Evolution of Polynesian Chiefdoms » de Patrick Kirch dans lequel les preuves d'anthropophagie sont étayées par la prolifération de pointes de lance en obsidienne (« mata'a » sur l'île de Pâques) - un phénomène également noté par Peter Baker (1993), datant de périodes de conflit - ainsi que des marques d'incision trouvées sur des os humains caractéristiques de la façon dont les gens prélèvent la chair des os d'animaux."

 Rapa Nui : cultes, anthropophagie et liens culturels de l'île de Pâques Sa8510
"Maisons" de pierre préhistorique appelées "tupa".

Le cas de l'anthropophagie continue
Bien qu'il y ait un récit toujours croissant qui tente de dépeindre la préhistoire de Rapa Nui comme dépourvue de  conflit  et d'anthropophagie, de nombreuses études archéologiques objectives indiquent le contraire et peuvent toutes être trouvées dans la brillante enquête de McLaughlin :

« L'une des analyses scientifiques les plus distinctives soutenant l'anthropophagie sur l'île, provient des « Enquêtes archéologiques à Anakena, île de Pâques » d'Arne Skjolsvold (1994). Il y raconte comment, dans une tranchée creusée lors de fouilles à Ahu Nau Nau, [un autre temple Moai] des os endommagés par le feu « trouvés avec des os de proies comestibles indiquent une activité anthropophagique. Sljolsvold conclut également que "l'anthropophagie avait des liens avec les activités des ahu [temples Moai]".

Pas plus tard qu'en 2001 après JC, des restes d'enfants humains ont été découverts, montrant des preuves d'anthropophagie. En évaluant les restes humains trouvés à  Ahu O Rongo  [un autre temple plate-forme Moai] en 2001, Polet [Dr. Caroline Polet Institut royal des Sciences naturelles de Belgique 2003] rapporte des marques d'incision sur le cubitus d'un enfant de 10 ans. "Ces marques d'incisions", dit Polet, "suggèrent que le cadavre a été décharné avec un objet pointu avant la crémation et l'inhumation".

Cultes et mythologie comparée
La religion sur l'île tournait autour de la divinité Makemake, qui peut être trouvée représentée en glyphes exclusivement dans les cavités souterraines de l'île (comme la grotte Ana Kai Tangata  - L'endroit où les hommes sont mangés). Il a l'apparence d'un être venu d'un autre monde, avec une tête ronde, de grands yeux et souvent des traits anthropomorphes/d'oiseau. Certains experts suggèrent que cette divinité est inconnue des systèmes de croyance polynésiens tandis que d'autres l'assimilent à la divinité polynésienne Tane. C'est une comparaison compréhensible car les deux divinités étaient considérées comme créatrices et étroitement associées à la fertilité, à la vie végétale et à l'agriculture.

 Rapa Nui : cultes, anthropophagie et liens culturels de l'île de Pâques Makema10
Makemake.

La mythologie de Tane est intéressante en ce qui concerne ses actes mythologiques les plus  qui ont été la séparation de sa Terre Mère et de son Père Ciel unis, et sa descente aux enfers. Ce qui est si intéressant à ce sujet, dans le contexte de la mythologie chtonienne (relative aux enfers) et du sacrifice humain/enfant, c'est que ces croyances et pratiques sonnent familièrement dans un large éventail de cultures préhistoriques. Saturne, par exemple, était bien sûr la divinité gréco-romaine fortement associée au royaume inférieur et à l'infanticide qui était connue pour la castration de son Père du Ciel (le Père de tous les dieux) - Uranus, et l'assujettissement de sa Mère Terre - Gaia. Saturne/Cronos a été assimilé à la divinité égyptienne de la Terre et de la fertilité Geb (roi de l'Atlantide et Noé dans la bible), qui avait également des traits d'oiseau.

Il existe de nombreux autres parallèles mythologiques / préhistoriques, comme les êtres Tengu du Japon, les mégalithes, les sacrifices humains et les géants de Malte, la figure Redhorn des croyances amérindiennes qui avait de longues oreilles tombantes et portait de la peinture corporelle rouge. Mais le plus frappant de tous sont les liens étroits avec les traditions précolombiennes du Pérou concernant le créateur barbu peut-être à la peau claire, le donateur de l'agriculture, le constructeur mégalithique et le patriarche d'une race de rois chamanes guerriers géants -  Viracocha.  Cette connexion est bien trop profonde pour être abordée, mais il suffit de dire qu'il existe des liens archéologiques avec l'ancien Pérou et la Méso-Amérique qui ont été notés par divers experts.

 Rapa Nui : cultes, anthropophagie et liens culturels de l'île de Pâques 1000_f15

Conclusions
On peut conclure avec une raison objective et une relative certitude qu'il y avait deux groupes ethniques distincts sur l'île à l'époque préhistorique, l'un qui était polynésien et l'autre qui reste un mystère, mais qui semble avoir des liens culturels et des traits génétiques les liant à l'Ancien Monde (Atlantide). On peut affirmer qu'il existe des preuves substantielles d'anthropophagie rituelle et de sacrifices humains. On peut également conclure que de nombreuses études archéologiques et anthropologiques modernes sur l'histoire de l'île sont entachées de biais de confirmation et de dissonance cognitive, alors il faut se méfier de l'existence d'une faction populaire publiant des récits qui se font passer pour une science objective, ou pire encore, comme factuelle, mais qui sont en réalité, ironiquement mythologiques.

Il est juste de se demander pourquoi le lexique de Rongorongo n'a pas encore été déchiffré alors qu'il existe un grand intérêt académique et une expertise scientifique pour le faire. Des tests génétiques et des analyses approfondies en laboratoire des restes humains découverts résoudraient de nombreux mystères et apporteraient une lumière aveuglante sur ce chapitre de l'histoire humaine, mais de manière suspecte, les politiques de l'UNESCO et les propriétaires fonciers privés non autochtones empêchent toute possibilité d'effectuer de telles analyses.

 Rapa Nui : cultes, anthropophagie et liens culturels de l'île de Pâques Sa85_012

_____________________________________________

Références :
Fleley, John. Bahn, Paul G. The Enigmas of Easter Island: Island on the Edge, Oxford University Press, 2003, pp.76; 154.

Heyerdahl, Thor.  Aku-Aku : Le secret de l'île de Pâques. Rand McNally. (1958).

Heyerdahl, Thor.  Île de Pâques : le mystère résolu . (1989). pp. 208, 114, 68. Random House New York, New York.

En ligneLee, G. (1992). Art rupestre de l'île de Pâques : symboles de pouvoir, prières aux dieux. Monumenta Archaeologica; 17 Mathématiques ; 143. Institut d'archéologie, Université de Californie, Los Angeles. p. 187. ISBN 978-0-917956-74-4. Récupéré le 23/07/2019.

McLaughlin, Shawn. (2005). "Cannibalisme et île de Pâques : évaluation, discussion des probabilités et étude de la littérature sur le sujet",  Rapa Nui  Journal : Journal de la Fondation de l'île de Pâques : vol. 19 : Iss. 1 , Article 6. Disponible sur :  https://kahualike.manoa.hawaii.edu/rnj/vol19/iss1/6
Freya
Freya

Messages : 1261
Date d'inscription : 24/08/2012
Localisation : Vosges

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum