-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% Baskets Nike Air Huarache Runner
69.99 € 139.99 €
Voir le deal

La St-Valentin, une belle fiction !

Aller en bas

La St-Valentin, une belle fiction ! Empty La St-Valentin, une belle fiction !

Message  Freya Mer 15 Jan 2020 - 18:11

Le 14 février, les amoureux de tous âges échangeront des fleurs, des douceurs et toutes sortes de cadeaux au nom de la St-Valentin. Mais St-Valentin n'était ni un amoureux ni un patron de l'amour.
La Saint-Valentin, en fait, a commencé comme une fête liturgique pour célébrer la décapitation d'un martyr chrétien du IIIe siècle, ou peut-être du IIe siècle. Alors, comment sommes-nous passés de la décapitation à la fête des amoureux, le jour de la St-Valentin?

Les premières origines de la Saint-Valentin

Des sources anciennes révèlent que plusieurs St-Valentin sont morts le 14 février. Deux d'entre eux ont été exécutés sous le règne de l'empereur romain Claudius Gothicus en 269-270 après JC, à une époque où la persécution des chrétiens était courante.
Comment le savons nous ? Parce qu'un ordre de moines belges a passé trois siècles à collecter des preuves de la vie de saints dans des archives manuscrites du monde connu. Ils ont été appelés bollandistes d'après Jean Bolland, un érudit jésuite qui a commencé à publier les volumes massifs de 68 folio de l'Acta Sanctorum ou, autrement dit, de la vie des saints à partir de 1643.
Depuis lors, des générations successives de moines ont continué le travail jusqu'à ce que le dernier volume soit publié en 1940. Les Frères ont recherché toutes les informations sur chaque saint du calendrier liturgique et imprimé les textes arrangés selon la fête du saint.
La St-Valentin, une belle fiction ! 800px-21
L'Acta Sanctorum

Les martyrs de la St-Valentin

Le premier Valentin serait mort en Afrique, avec 24 autres soldats. Malheureusement, même les Bollandistes n'ont pu trouver plus d'informations sur lui. Comme les moines le savaient, parfois tout ce que les saints laissaient derrière eux était un nom et la date de leur mort. Nous en savons à peine un peu plus sur les deux autres St-Valentin. Selon une légende médiévale tardive réimprimée dans l'«Acta», qui était accompagnée d'une critique bollandiste sur sa valeur historique, un prêtre romain nommé Valentinus a été arrêté sous le règne de l'empereur Gothicus et placé sous la garde d'un aristocrate nommé Asterius. Au fil de l'histoire, Asterius a fait l'erreur de laisser parler le prédicateur. Le père Valentinus a continué à parler de JC conduisant les païens hors de l'ombre des ténèbres et à la lumière de la vérité et du salut. Asterius a fait une bonne affaire avec Valentinus : si le chrétien pouvait guérir la fille adoptive d'Asterius de la cécité, il se convertirait. Valentinus posa ses mains sur les yeux de la jeune fille en scandant : "Seigneur Jésus-Christ, éclaire ta servante, parce que tu es Dieu, la vraie lumière". Aussi simple que ça. Selon la légende médiévale, l'enfant pouvait voir. Asterius et toute sa famille furent baptisés. Malheureusement, lorsque l'empereur Gothic apprit la nouvelle, il ordonna que tous soient exécutés. Mais Valentinus fut le seul à être décapité. Une veuve pieuse, cependant, s'en est allée avec son corps et le fit enterrer sur le site de son martyre sis sur la Via Flaminia, l'ancienne route qui s'étend de Rome à l'actuelle Rimini. Plus tard, une chapelle fut construite sur les restes du saint.

La St-Valentin, une belle fiction ! 220px-18
Reconstitution faciale de Valentinus Asterius
par l'Institut médico-légal de Rio de Janeiro

Selon sa légende tout aussi douteuse, l'évêque de Terni s'est retrouvé dans une situation comme l'autre Valentinus en débattant d'un converti potentiel et en guérissant ensuite son fils. Le reste de l'histoire est également assez similaire : lui aussi fut décapité sur ordre de l'empereur Gothicus et son corps enterré le long de la Via Flaminia.
Il est probable, comme le suggéraient les Bollandistes, qu'en fait, il n'y eut pas deux St-Valentin décapités mais, que deux versions différentes de la légende d'un saint soient apparues, l'une à Rome et l'autre à Terni.
Néanmoins, africain, romain ou ombrien, aucun des Valentin ne semble avoir été romantique.
En effet, dans les légendes médiévales et répétées dans les médias modernes, des St-Valentin effectuaient des rituels de mariage chrétien ou passaient des notes entre amoureux chrétiens emprisonnés par Gothicus. D'autres histoires l'ont également impliqué de manière romantique avec la fille aveugle qu'il aurait guérie. Pourtant, aucun de ces contes médiévaux n'a de fondement dans l'histoire du IIIe siècle, comme l'ont souligné les Bollandistes.
En tout cas, la véracité historique ne comptait guère pour les chrétiens médiévaux. Ce qui leur importait, c'était des histoires de miracles et de martyres, et les restes physiques ou reliques du saint. Certes, de nombreuses églises et monastères différents à travers l'Europe médiévale ont affirmé posséder des morceaux de crâne de St Valentin dans leurs trésors.
L'église santa Maria in Cosmedin à Rome, par exemple, affiche toujours un crâne entier. Selon les Bollandistes, d'autres églises à travers l'Europe prétendent également posséder des éclats et des morceaux de l'un ou l'autre corps de St Valentin : par exemple, l'église San Anton à Madrid, l'église Whitefriar Street à Dublin, l'église st-Pierre et Paul à Prague, ste Marie de  l'Assomption à Chelmno (Pologne), ainsi que des églises à Malte, Birmingham, Glasgow et sur l'île grecque de Lesbos, entre autres.

La St-Valentin, une belle fiction ! 22628710
Eglise santa Maria in Cosmedin, crâne entier.

Pour les croyants, les reliques des martyrs signifiaient que les saints continuaient leur présence invisible parmi les communautés de chrétiens pieux. Dans la Bretagne du XIe siècle, par exemple, un évêque a utilisé ce qui était censé être la tête de Valentin pour arrêter les incendies, prévenir les épidémies et guérir toutes sortes de maladies, y compris la possession démoniaque.
À notre connaissance, cependant, les os du saint n'ont rien de spécial pour les amoureux .

Origines païennes peu probables

De nombreux chercheurs ont déconstruit Valentin et sa journée dans des livres, des articles et des articles de blog. Certains suggèrent que la fête moderne est une dissimulation chrétienne de la plus ancienne célébration romaine de Lupercalia à la mi-février.
Lupercalia a commencé comme un rituel dans un culte masculin rural impliquant le sacrifice de chèvres et de chiens qui a évolué plus tard en un carnaval urbain. Pendant les festivités, de jeunes hommes à moitié nus couraient dans les rues de Rome, striant les gens de leurs lanières coupées dans des peaux de chèvres fraîchement tuées. Les femmes enceintes pensaient que cela leur donnerait des bébés en bonne santé. En 496 après JC, cependant, le pape Gelasius aurait dénoncé cette fête tapageuse.
Pourtant, rien ne prouve que le pape ait délibérément remplacé Lupercalia par le culte plus calme du martyr St-Valentin ou de toute autre célébration chrétienne.

Geoffrey Chaucer et les oiseaux d'amour

Le lien amoureux est probablement apparu plus de mille ans après la mort des martyrs, lorsque Geoffrey Chaucer, auteur de «The Canterbury Tales» a décrété la fête de février de St-Valentin pour la période d'accouplement des oiseaux. Il écrivit dans son «Parlement des Oiseaux» : "Dans une joyeuse cacophonie, faite de piaillements, de discussions et de disputes, en ce jour de la St-Valentin, fêtée dans toute la chrétienté, les oiseaux convient tout un chacun, marié ou non, à trouver sa moitié et à célébrer la fête de l'amour".
Il semblerait qu'à l'époque de Chaucer, les oiseaux anglais se soient accouplés pour produire des œufs en février. Bientôt, la noblesse européenne soucieuse de la nature, a commencé à envoyer des notes d'amour pendant la saison des amours des oiseaux. Par exemple, le duc d'Orléans, qui passa plusieurs années enfermé dans la tour de Londres, écrivit à sa femme en février 1415 qu'il était «déjà malade d'amour» (ce qu'il entendait par le mal d'amour). Et il l'appela sa «très douce Valentine».
Le public anglais embrassa l'idée de l'accouplement des oiseaux en février. Ophelia, la bien-aimée de Shakespeare, disait d'elle-même qu'elle était comme la Valentine de Hamlet.

Au cours des siècles suivants, les Anglais et les femmes ont commencé à utiliser le 14 février comme excuse pour écrire des vers à l'objet de leur amour. L'industrialisation a facilité les choses avec des cartes illustrées produites en masse et accompagnées d'une poésie. Ensuite, Cadbury, Hershey et d'autres fabricants de chocolat ont commencé à commercialiser des bonbons pour les amoureux le jour de la Saint-Valentin.

La St-Valentin, une belle fiction ! Ob_bbb10

L'invisible Valentin
Aujourd'hui dans la plupart des pays occidentaux, des magasins décorent leurs vitrines avec des cœurs et des bannières proclamant la Journée annuelle de l'amour. Les marchands remplissent leurs étagères de boites de chocolats et de bonbons, de bijoux et de bibelots dédiés à Cupidon en suppliant "Soit mon ou ma Valentin(e)". Pour la plupart des amoureux, cette supplique ne nécessite pas de décapitation !
Il semble que l'ancien saint derrière la fête de l'amour reste aussi insaisissable que l'amour lui-même. Pourtant, comme le disait st Augustin, théologien et philosophe du Ve siècle dans son traité sur «La foi dans les choses invisibles», il n'est pas nécessaire que quelqu'un se tienne sous nos yeux pour que nous les aimions.
Et tout comme l'amour lui-même, St-Valentin et sa réputation de saint patron de l'amour ne sont pas des questions d'histoire mais de foi.

Freya
Freya

Messages : 1331
Date d'inscription : 24/08/2012
Localisation : Vosges

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum