-55%
Le deal à ne pas rater :
Coffret d’outils – STANLEY – STMT0-74101 – 38 pièces – ...
21.99 € 49.04 €
Voir le deal

Les Doges de Venise

Aller en bas

Les Doges de Venise Empty Les Doges de Venise

Message  Freya Jeu 28 Oct 2021 - 15:21

Le Doge de Venise était la plus haute autorité de la République de Venise. Cette fonction a existé pendant environ un millénaire, du VIIIe siècle après JC jusqu'au XVIIIe siècle. Le titre de cette fonction remonte à l'époque où Venise était nominalement soumise à l'Empire byzantin. Par la suite, lorsque Venise devint un Etat souverain à part entière, le titre fut  conservé.
Bien que les Doges de Venise occupèrent leur charge à vie, le titre n'était pourtant pas héréditaire, ces fonctionnaires de haut rang étaient élus. Bien que les doges jouissaient de pouvoirs temporels étendus, ceux-ci furent limités à partir du XIIe siècle environ. Avec le temps, les Doges vénitiens en vinrent à occuper un rôle avant tout symbolique, et servirent de figure de proue de la république. Cette fonction prit fin au XVIIIe siècle lorsque son dernier titulaire fut déposé par Napoléon Ier.

L'émergence des Doges

Le titre de « Doge » dérive du latin « dux » qui se traduit par « duc » ou « chef militaire ». Lorsque Venise était un sujet nominal de l'Empire byzantin, ce titre a été donné au chef de la cité-Etat. Selon la tradition, le premier Doge de Venise était Paolo Lucio Anafesto qui obtint la charge en 697 après JC.
L'histoire raconte qu'à cette époque, la partie nord-est de l'Italie était harcelée par les Lombards. Sous le système byzantin, la région était dirigée par un tribun nommé chaque année par l'administration impériale. Par conséquent, la région souffrait d'un dirigeant faible, ce qui rendait difficile la défense contre les Lombards. La situation devint si mauvaise que le patriarche de Grado décida de convoquer une conférence dans la ville voisine d'Ereclea, qui visait à élire un « dux » à vie pour diriger la région.

Les Doges de Venise 07192010
Election du Doge de Venise.

Le résultat de la conférence fut l'élection de Paolo Lucio Anafesto, originaire d'Ereclea, comme premier Doge de Venise. La tradition dit qu'Anafesto a régné pendant 20 ans, jusqu'à sa mort en 717 après JC. Cependant, on ne connait pas la nature de la fonction à cette époque, ainsi que la part de vérité contenue dans cette tradition.
Par exemple, une question qui a été posée est de savoir si Anafesto était un dirigeant vraiment indépendant ou, s'il était en fait soumis à l'exarque de Ravenne, le plus haut responsable impérial du nord de l'Italie. En dehors de cela, certains historiens ont mis en doute l'historicité d'Anafesto, arguant qu'un tel individu n'aurait jamais existé.
Le premier Doge vénitien à être attesté historiquement est Orso Ipato. Traditionnellement, Ipato est considéré comme le troisième Doge de Venise. Ipato est entré en fonction au VIIIe siècle après JC, lorsque l'Empire byzantin fut saisi saisi par la controverse de l'iconoclasme. Il s'agissait d'un différend sur l'utilisation d'images et d'icônes religieuses, l'empereur byzantin Léon III aurait interdit une telle vénération en 726 après JC.

Les Doges de Venise Proce110
Venise, procession de la Vraie Croix, G. Bellini.

De retour en Italie, cette interdiction fut combattue par Rome. Les Vénitiens se rangeant du côté de Rome, lancèrent une révolte contre les Byzantins. En 726 après JC, Ipato fut élu par ses compatriotes vénitiens comme leur Doge. Ipato est considéré comme le premier « vrai » doge de Venise car il a été élu par les Vénitiens, et non par une force extérieure.

La règle byzantine s'effondre et l'armée vénitienne se renforce
Quoi qu'il en soit, les Byzantins perdirent leur emprise sur l'Italie du Nord au VIIIe siècle. Les Byzantins étaient encore capables de placer certains de leurs propres hommes dans l'administration de Venise, afin de maintenir un certain contrôle sur la cité-Etat du moins  pendant un certain temps. Néanmoins, vers le milieu du VIIIe siècle après JC, leur contrôle s'affaiblit. De plus, à peu près à la même époque, Ravenne, le fief des Byzantins dans le nord de l'Italie, fut prise par les Lombards, provoquant l'effondrement de la domination byzantine dans cette région.
Le Doge de Venise à l'époque où les Byzantins perdirent le contrôle sur l'Italie du Nord était Deusdedit, le fils d'Ipato. Bien que Deusdedit ait également été élu au poste de Doge, cette succession peut être considérée comme une tentative de transformer la fonction en charge héréditaire. Il semble que de telles tentatives aient été courantes au cours des premiers siècles de l'histoire de Venise. Cependant, en fin de compte, aucune de ces tentatives ne réussit. Dans le cas de Deusdedit, par exemple, il fut déposé par un rival, Galla Gaulo, qui devint le Doge suivant.
Dans les siècles qui suivirent, Venise développa ses capacités militaires, notamment navales. Plus important encore, elle devint extrêmement riche en raison du contrôle de la république sur le commerce entre l'Europe et le Levant. Par conséquent, les Doges qui gouvernèrent Venise au cours de ces siècles, furent de puissants dirigeants laïques qui entrainèrent la république dans ces conflits. De plus, certains de ces doges commandèrent personnellement les flottes de Venise lors de campagnes militaires.
Les croisades furent sans doute la campagne militaire la plus notable du Moyen Age, et les Vénitiens y furent impliqués dès le début. Après le succès de la première croisade, par exemple, les Vénitiens aidèrent à la capture des villes côtières de la Syrie en fournissant 200 navires. En 1100, lorsque Baudouin Ier de Jérusalem tenta de s'emparer de la ville de Sidon, une flotte vénitienne de 100 navires fut dirigée personnellement par le doge Ordelafo Faliero.
Inutile d'ajouter que les Vénitiens ont été généreusement récompensés par les Croisés pour leur soutien. Par exemple, en 1123, le Pactum Warmundi fut signé entre la République de Venise et le Royaume de Jérusalem. Ce pacte accordait aux Vénitiens une autonomie virtuelle dans cet Etat croisé.

Le Doge le plus célèbre de Venise et ses actes choquants lors de la quatrième croisade

La croisade la plus notable à laquelle les Vénitiens aient participé fut la quatrième croisade qui dura de 1202 à 1204. De plus, à cette époque, les Vénitiens étaient dirigés par Enrico Dandolo, sans doute le Doge le plus célèbre de l'histoire de Venise. Dandolo est né vers 1107 et était issu d'une famille vénitienne puissante et riche. La famille de Dandolo était l'une des familles électorales qui prétendaient descendre des douze tribuns qui élirent Anafesto comme premier Doge. Grâce à l'influence de sa famille, Dandolo n'eut aucun problème à obtenir un poste dans le gouvernement vénitien.
Avant d'atteindre la plus haute fonction à Venise, le service de Dandolo à la république comprenait des missions diplomatiques auprès des tribunaux étrangers. En 1171, par exemple, Dandolo accompagna le doge Vitale II Michiel lors d'un voyage dans la capitale byzantine. L'année suivante, il effectua un autre voyage à Constantinople, cette fois avec l'ambassadeur byzantin.

Les Doges de Venise Enrico10
Le Doge Enrico Dandolo.

La rumeur veut que, alors que Dandolo défendait si farouchement les intérêts des Vénitiens, l'empereur byzantin, Manuel Ier Comnène, l'aurait fait aveugler. Geoffroi de Villehardouin, un chroniqueur qui connut personnellement Dandolo, rapporte cependant que la mauvaise vue du futur Doge fut causée par un coup à la tête. En 1174, Dandolo fut ambassadeur de Venise en Sicile, et en 1191, à Ferrare.
En 1192, le Doge Orio Mastropiero se retira dans un monastère et Dandolo fut élu comme son successeur. Il aurait été âgé de 84 ans lorsqu'il prit ses fonctions. Néanmoins, compte tenu de ses réalisations, Dandolo était considéré comme un excellent choix comme prochain Doge.
En tant que doge, Dandolo négocia des traités avec diverses puissances étrangères. De retour chez lui, Dandolo réorganisa la monnaie de la république, publia le premier recueil de statuts civils de Venise et révisa le code pénal. De plus, Dandolo fit la « promesse ducale », un serment qui énonce les devoirs et les droits du Doge. C'était ce serment qui limitait les pouvoirs temporels des Doges vénitiens.
Lorsque la quatrième croisade fut levée, ses dirigeants négocièrent avec Venise le transport de leurs troupes vers l'Est. Cependant, lorsque le moment arriva, les croisés constatèrent qu'ils n'avaient pas les fonds nécessaire pour payer les Vénitiens. La situation fut exploitée par Dandolo, qui promit d'assurer le transport si les croisés l'aidaient à s'emparer de la ville de Zara, qui s'était rebellée contre Venise en 1183.

Les Doges de Venise Crusad10
Prise de Zara en 1202.

Puisque la ville était sous la protection d'un souverain chrétien, c'est-à-dire le roi de Hongrie, et, plus important encore, le pape, l'attaquer n'était guère une bonne idée. Les croisés ont fini par se plier à la demande de Dandolo et Zara fut prise.
Pourtant, ce n'était pas l'incident le plus honteux de la quatrième croisade. Après Zara, Dandolo réussit à rediriger les croisés contre Constantinople pour l'attaquer. Cela aboutit au tristement célèbre sac de Constantinople qui eut lieu après la chute de la ville en 1204. Après la capture de la capitale byzantine, Dandolo prit le titre de «seigneur de la quatrième partie et demie de tout l'empire de Roumanie».
Incroyablement, Dandolo, qui avait presque 100 ans à l'époque, dirigeait personnellement les forces vénitiennes pendant cette campagne. Dandolo resta à Constantinople après sa capture et y mourut en 1205. Il fut enseveli à Sainte-Sophie.

Le pouvoir des Doges ne pouvait pas durer

Les Doges qui succédèrent à Dandolo continuèrent à étendre le pouvoir de la république. Par exemple, les Vénitiens s'emparèrent des territoires d'Italie continentale au début du XVe siècle, sous le règne du Doge Michele Steno. Vers la fin du siècle, en 1489 Chypre, un Etat croisé, fut annexée par Venise.
Cependant, les Vénitiens ne purent conserver Chypre que jusqu'en 1571, lorsque l'île fut prise par les Ottomans. La même année, les Ottomans furent vaincus de manière décisive à la bataille de Lépante par la Sainte Ligue qui comprenait Venise. Sebastiano Venier, le Doge de l'époque, participa à la bataille en tant que commandant des forces vénitiennes.

Les Doges de Venise 477px-10
Doge Sebastiano Venier, commandant des forces vénitiennes.


La bataille pour la suprématie sur la Méditerranée orientale entre les Vénitiens et les Ottomans se poursuivit après la bataille de Lépante et au cours des deux siècles suivants. Le conflit prolongé a fait des ravages sur les Vénitiens et, en 1718, la république avait perdu ses principales possessions sur la péninsule grecque. En plus de cette perte territoriale, la flotte marchande vénitienne réduite à seulement 309 navires marchands en 1792, était également en plein déclin. De plus, en 1796, tout ce qui restait de la puissante marine vénitienne était quatre galères et sept galiotes.

Les Doges de Venise Seesch10
Bataille de Lépante.


Qui fut le dernier Doge de Venise ?

Le dernier Doge de Venise fut Ludovico Manin, élu en 1789. À cette époque, la fonction de Doge était devenue symbolique et Manin faisait office de figure de proue. Manin eut la difficile tâche de décider de l'action à envisager contre les Français qui avançaient en Italie sous la direction de Napoléon Bonaparte.
Le Doge décida de la neutralité de Venise plutôt que de rejoindre la coalition d'Etats italiens qui s'était formée pour résister aux Français. Malheureusement pour les Vénitiens, Napoléon signa un accord secret avec les Autrichiens en vertu duquel, les Autrichiens céderaient Venise en échange de territoires aux Pays-Bas. En d'autres termes, la neutralité de Venise ne signifiait rien.
Venise tomba en 1797 et Manin dut abdiquer la même année. Ainsi, la République de Venise, et la fonction de Doge, prirent fin.

Les Doges de Venise Lodovi10
Ludovico Manin, dernier Doge de Venise.


L'héritage des Doges vénitiens

Au cours de leur règne de 1000 ans sur Venise, les Doges ont laissé leur empreinte sur le paysage urbain. Certains de leurs monuments ont survécu à la dissolution de leur fonction et sont encore visibles aujourd'hui. Le plus remarquable d'entre eux est le Palais des Doges. Le premier palais aurait été construit au IXe siècle après JC. Aucune trace de ce bâtiment d'origine n'a cependant été retrouvée.

Les croisades au-delà du champ de bataille
Le palais qui se dresse aujourd'hui date du XIVe siècle et sa construction fut initiée en 1340 par le Doge Bartolomeo Gradenigo. Au cours des siècles qui suivirent, divers Doges ont agrandi, rénové et reconstruit l'ensemble du palais. Par exemple, une nouvelle aile fut ajoutée sur le côté du palais donnant sur la place Saint-Marc par le doge Francesco Foscari en 1424.

Les Doges de Venise Doges-10
Salle du Grand Concile, Palais des Doges, Venise.

Le Palais des Doges joua un rôle important dans la vie politique de Venise. La résidence du Doge, le siège du gouvernement et les salles d'audience de la ville se trouvaient tous dans le complexe du palais. C'est d'ailleurs ici que les Doges étaient élus. Le Doge était choisi par 41 électeurs, qui à leur tour étaient sélectionnés par un processus assez compliqué. Pour obtenir le poste de Doge, un candidat devait obtenir au moins 25 voix sur 41. Si aucun candidat n'obtenait 25 voix ou plus, les électeurs continuaient à voter jusqu'à ce qu'un résultat convenable soit atteint.

Pour conclure, la fonction de Doge est étroitement liée à l'histoire de Venise, et elle s'est maintenue depuis la fondation de la république jusqu'à son effondrement. Bien que le Doge fut le chef de la république, ses pouvoirs, ses droits et ses responsabilités, changèrent au fil des siècles.
Certains Doges, comme Enrico Dandolo et Sebastiano Venier, sont plus connus grâce à leurs contributions à la république, tandis que d'autres le sont moins. L'empreinte laissée par les Doges sur Venise est encore visible aujourd'hui, y compris les monuments qu'ils construisirent comme le palais des Doges.

Les Doges de Venise 3123710
Sortie du Bucentaure (galère haute sans mât ni voile).
________________________________________________

Références :                                                                                                                              

Bréhier, L., 1908. Enrico Dandolo. [Online]
Available at: https://www.newadvent.org/cathen/04619a.htm

COVE, 2021. Orso Ipato: The First True Venetian Doge. [Online]
Available at: https://editions.covecollective.org/chronologies/orso-ipato-first-true-venetian-doge

Culley, V. & Culley, J., 2021. Ludovico Manin - the last Doge of Venice. [Online]
Available at: https://www.italyonthisday.com/2021/05/ludovico-manin-last-doge-of-venice.html

Fondazione Musei Civici di Venezia, 2021. Doge’s Palace. [Online]
Available at: https://palazzoducale.visitmuve.it/en/the-museum/doges-palace/the-palace/

Marchiori, L., 2021. Doge Paoluccio Anafesto (697–717). [Online]
Available at: https://lucasitaly.com/2018/07/18/doge-paoluccio-anafesto-697-717/

New World Encyclopedia, 2021. Republic of Venice. [Online]
Available at: https://www.newworldencyclopedia.org/entry/Republic_of_Venice

Snell, M., 2019. Enrico Dandolo. [Online]
Available at: https://www.thoughtco.com/enrico-dandolo-profile-1788757

The Editors of Encyclopaedia Britannica, 2011. Doge. [Online]
Available at: https://www.britannica.com/topic/doge

www.venetoinside.com, 2021. The election of the Doge of the Republic of Venice. [Online]
Available at: https://www.venetoinside.com/hidden-treasures/post/the-election-of-the-doge-of-the-republic-of-venice/
Freya
Freya

Messages : 1334
Date d'inscription : 24/08/2012
Localisation : Vosges

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum