Le Deal du moment : -29%
-29% Ecran PC 32″ LED AOC (Dalle VA – 75 ...
Voir le deal
189.91 €

La Licorne, un animal mythique ou disparu ?

2 participants

Aller en bas

La Licorne, un animal mythique ou disparu ? Empty La Licorne, un animal mythique ou disparu ?

Message  Freya Mar 21 Mai 2019 - 17:53

Le symbole de la Licorne
Du point de vue symbolique, la Licorne a le corps d'un cheval à la robe blanche et soyeuse, des pattes d'antilope, et la queue de lion, incorporant ainsi les attributs de toutes ces créatures. En sus, elle possède un élément particulièrement magique : une corne unique qui pousse au milieu de son front et qui est le symbole du pouvoir suprême. La base de la corne est normalement d'un blanc pur, la portion médiane est dorée et noire, et la pointe est rouge cramoisi.

Selon la légende, la Licorne est insaisissable ; seule une vierge peut l'attraper. Cela implique que l'essence même de l'être ne peut être capturée par un quelconque moyen physique mais, uniquement par la réceptivité innocente - autrement dit, par le côté féminin de notre nature humaine, quel que soit notre sexe. En fait, c'est un question d'union entre notre esprit humain, c'est-à-dire notre intelligence consciente qui commande, détermine, fait des choix dans toutes les informations qu'elle reçoit à travers ses cinq sens physiques, et notre Soi Caché qui est l'intelligence ou l'esprit intérieur, qui fonctionne aux niveaux subconscients et dont la fonction principale est d'exécuter et d'obéir, raison pour laquelle, il est parfois appelé "l'Enfant intérieur". Le but de cette union est de développer la créativité de faire quelque chose de notre vie chaque jour, plutôt que de juste passer ou tuer le temps.

Ainsi, du point de vue symbolique, la Licorne a une grande importance car elle est en rapport avec le monde intérieur de notre mental et de notre imagination, et de leur relation avec la réalité tant physique que spirituelle.

La Licorne, un animal mythique ou disparu ? Louvre13
Licorne ailée, panneau vernissé du palais de Darius Ier à Suse (Iran) exposé au musée du Louvre.

Les légendes
La mention la plus ancienne de la corne de licorne a été décrite par Ctesias, médecin et historien grec du Ve siècle av. notre ère. Il pensait que les licornes vivaient en Inde et que leurs cornes étaient des objets magiques utilisés par les princes indiens "pour se préparer à lutter contre le poison". Les histoires de Ctesias ont plus tard inspiré les écrits d'Aristote, de Pline l'Ancien et de Claudius Aelianus - qui ont tous prétendu que boire de la corne d'une licorne protégeait des maladies et des poisons. Ces écrits ont influencé les auteurs du Moyen Âge à la Renaissance jusqu'à  la fin du XVIIIe siècle où tout prit fin. La science-fiction ne date pas de notre époque...

Dans la plupart des mythes et traditions du folklore européen, la puissance de la Licorne est concentrée dans sa corne, censée purifier les eaux polluées et éliminer sur le champ tout poison aussitôt que la pointe touche un liquide empoisonné.


Magie médicinale de la corne de Licorne
Du Moyen-Age à la Renaissance, en plus d'avoir la capacité de purifier l'eau polluée, les cornes de licorne étaient considérées pour leurs puissantes propriétés curatives (infections virales et bactériennes) et comme antidotes, ce qui leur valut d'être le remède le plus coûteux à partir de la Renaissance, moment où elles ont été largement utilisées par les médecins et alchimistes des cours royales. Infusée puis ingérée pour combattre les maladies d'enfance comme la rubéole, la rougeole mais aussi les fièvres et les douleurs de diverses origines, elle était aussi administrée aux lépreux pour accélérer la cicatrisation de leurs plaies mais également aux membres de la famille royale française pour lutter contre la peste et neutraliser le venin de scorpion ou de vipère.

Bon nombre d'auteurs médiévaux et non des moindres, ont consacré des œuvres entières aux propriétés de la Corne de Licorne. Ainsi, en 1573 Andrea Bacci explique dans son Traité de la Licorne, ses merveilleuses propriétés et ses utilisations. Le livre de 1580 "Discourse On Onicorn" d'Ambroise Paré, célèbre chirurgien français, a marqué le début de la méthode expérimentale. En 1587, Ambroise Paré a expliqué que les cornes étaient utilisées "à la cour des rois de France pour détecter la présence de poison dans les aliments et les boissons", et qu'"il était dit que si la corne chauffait et commençait à fumer, le met ou la boisson était empoisonné". AU XIIe siècle, l'abbesse Hildegarde de Bingen affirmait dans ses écrits qu'une ceinture en peau de licorne préserverait son porteur de la peste et de la fièvre, et que des chaussures en peau de licorne chasseraient les maladies orthopédiques. Thomas de Torquemada, Grand Inquisiteur espagnol dont la brutalité inhumaine de son action en fit le  symbole par excellence de l'horreur de cette institution, craignant pour sa vie, ne se déplaçait qu'en compagnie d'une escorte de 40 cavaliers et 200 soldats à pied et "portait toujours sa corne de licorne pour se protéger du poison et des meurtriers."

Dans son livre de 1930 "Le Savoir de la Licorne", Odell Shepard explique que les cornes de Licorne étaient également appelées "alicorns" au Moyen Age où, et cela jusqu'au XVIIIe siècle, les médecins et alchimistes à la solde des familles royales et de la haute noblesse,  les employaient dans la fabrication des remèdes spagyriques. Ces alicorns s'achetaient la plupart du temps auprès des apothicaires. En fait, toutes ces cornes de soi-disant licornes, n'étaient autres que des défenses de narvals norvégiens.

La Licorne, un animal mythique ou disparu ? Bb157810
Narvals

Mise en valeur de la Corne de Licorne
Considérée comme une relique et l'atout le plus précieux qu'un monarque puisse posséder, des artisans créèrent des socles en argent pour présenter la corne de licorne comme un  trophée ou la transformèrent en objets sacrés tels le sceptre et la couronne impériale autrichienne, ou encore le fourreau et la garde de l'épée de Charles le Téméraire. Quant à Charlemagne, une corne de licorne torsadée, appelée simplement "la corne", lui a été offerte en 807 par Harun al-Rashid, calife de Bagdad et actuellement exposée au Musée de Cluny (Paris) - appelé officiellement Musée National du Moyen Age.
L'utilisation la plus spectaculaire des cornes de licorne a probablement été la construction du trône danois (1671-1840). Fait de cornes de licornes, il est en réalité fabriqué à partir de défenses de narvals norvégiens.

La Licorne, un animal mythique ou disparu ? The-co11

La Licorne, animal mythique ou animal disparu ?
Pour le savoir, nous devons nous tourner vers la paléontologie.


Les licornes sibériennes
Elasmotherium, également connu sous le nom de rhinocéros géant ou de licorne sibérienne géante, est une espèce de rhinocéros éteinte qui vivait dans la région eurasienne à l'époque du Pliocène supérieur et du Pléistocène et bien que son existence soit documentée sur 2,6 millions d'années, ses fossiles les plus récents datent de 29 000 ans.
En mars 2016, un crâne magnifiquement conservé a été découvert dans la région de Pavlodar au Kazakhstan, prouvant que l'animal vivait jusqu'à l'époque du Pléistocène, il y a environ 29 000 ans, réfutant ainsi la thèse généralement admise selon laquelle il s'était éteint il y a 350 000 ans. Sur la base de la taille et de l'état du crâne, il a été suggéré qu'il s'agissait d'un très vieux mâle, mais la raison de la mort de l'animal est incertaine.

La Licorne, un animal mythique ou disparu ? 800px-10
Elasmotherium

L'individu le plus connu de cette espèce, E. Sibiricum , était de la taille d'un mammouth, couvert de poils, et doté d'une grosse corne dépassant de son front, d'où son surnom de  "Licorne de Sibérie". Selon les premières estimations, l'animal mesurait environ 2 mètres de haut, 4,5 mètres de long et pesait 4 tonnes.
Dotée d'une corne sur la tête, la créature se situait entre les familles du cheval et du rhinocéros. Son nez était beaucoup plus étroit que celui du rhinocéros tandis que ses yeux étaient plus grands. Sa robe était constituée d'une couche de poils denses. Les fragments de crâne récemment découverts au Kazakhstan et datés au  radiocarbone, ont confirmé que certains membres de l'espèce avaient survécu pendant des centaines de milliers d'années de plus que ce qui était généralement admis. Un rapport dans ce sens a été publié dans l’American Journal of Applied Sciences.

La Licorne, un animal mythique ou disparu ? Siberi13
Crâne et corne reconstitués d'E.Sibiricum

E. Sibiricum le "Licorne de Sibérie" serait-elle "la" Licorne ? La paléontologie n'a certainement pas dit son dernier mot.

La Licorne, un animal mythique ou disparu ? Siberi12
E.Sibiricum
Freya
Freya

Messages : 1330
Date d'inscription : 24/08/2012
Localisation : Vosges

Revenir en haut Aller en bas

La Licorne, un animal mythique ou disparu ? Empty Re: La Licorne, un animal mythique ou disparu ?

Message  patanjali Mar 21 Mai 2019 - 18:35

La licorne de Darius est hautement symboliquet. Elle nest pas seulement caractérisée par la corne mais aussi par des ailes. Je la comprends dans le sens de la tri-unité cosmique. Le corps symbolise le principe matériel, la corne le principe actif et les ailes le principe spirituel.

Ces principes universels étaient conceptualisés par les trois Gunas indiens et les principes yin-yang-qi chinois et ils étaient connus du zoroastrisme et de Platon.

Ce symbolisme n’était déjà plus accessible au pragmatisme et positivisme romain et et encore moins aux superstitions moyen-âgeuses.
patanjali
patanjali

Messages : 1027
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 88

http://sys.theme.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum