Noël, solstice d'hiver et traditions européennes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Noël, solstice d'hiver et traditions européennes

Message  Freya le Sam 3 Nov 2012 - 15:37

C'est la période la plus sombre de l'année, le soleil a perdu son pouvoir sur les ténèbres et les vents glacials et coupants annoncent l'arrivée des premières chutes de neige. Cependant, l'énergie solaire faiblissante stimule l'espoir. Mais, imperceptiblement, le soleil commence déjà son long voyage vers le sud.

Les rites solaires datent de l'aube de la civilisation. Alors, les communautés se rassemblaient pour célébrer la Vie avec des festins, de la musique, des danses et surtout avec la lumière du feu, l'autre soleil. De nos jours, nous pensons que Noël est un jour spécial mais nos ancêtres suspendaient leurs activités ordinaires pour célébrer le solstice d'hiver pendant douze jours.

Dans la Rome impériale, le 24 décembre était en quelque sorte la "fête des mères" de l'époque. Le soir venu, toutes les femmes ayant eu au moins un enfant, jeunes ou  âgées, se retrouvaient au grand temple d'Isis avant d'aller festoyer ensemble. Cette fête donnait l'occasion aux plus jeunes de demander conseil aux plus âgées.
Les Romains accueillaient le solstice d'hiver avec une joyeuse fête : les Saturnales. Et le 25 décembre, ils célébraient la fête de la Naissance du "Sol Invictus" (du Soleil Invaincu).

Les Saturnales

Dans nos contrées, nos ancêtres celtes célébraient "Yul" la fête de la naissance du soleil.
La date de naissance de Jésus n'est pas connue. L'Eglise catholique romaine oubliant la tolérance de la Rome impériale (dont elle est l'héritière) en matière de religion : cuique genti sua religio ; nostra nobis (à chaque peuple sa religion ; nous avons la nôtre), car soucieuse d'étendre son empire du mythe et d'asseoir ses dogmes et son pouvoir temporel dominant sur le continent européen, a forcé à la conversion de nombreux peuples (Celtes, Saxons, etc.). Cette acculturation, souvent énergiquement refusée, implique aussi une déculturation de ces peuples interdits de pratiquer leurs us et coutumes. Désormais, la sagesse ancestrale de ces peuples qui  honoraient et respectaient la nature sous toutes ses formes, fut remplacée par l'histoire d'un nouveau dieu trinitaire, issu de son propre sein, et qui aurait connu une brève incarnation humaine (histoire montée a posteriori) dans un pays lointain, avant d'être crucifié en  chair et en os. Et ce fut ainsi que les Pères de l'Eglise transformèrent la fête du Soleil (Sonne) en fête du fils (Sohn).

Cependant, les anciennes coutumes étaient si profondément ancrées dans l'esprit des populations, qu'au VIIIè siècle, les Pères de l'Eglise durent déclarer les douze jours de la traditionnelle fête du solstice d'hiver, saison sacrée de Noël.

La bûche de Noël
Elle devait être en bois de chêne et suffisamment grosse pour tenir toute la journée du solstice d'hiver, la veille, et les douze jours suivants. Quand l'âtre était trop petit, à chaque fois, on brûlait la bûche de bois de chêne un peu dans les braises d'un autre bois. Ce rituel était important aux yeux de nos ancêtres, car brûler la bûche revenait à libérer le soleil.

Les bougies de Noël
Dans les temps fort anciens, on employait des torches. Plus tard, on employa des bougies blanches ou rouges, car le sang ne cesse jamais de circuler dans le froid de l'hiver. Elles étaient allumées la veille du solstice, pour marquer la transition entre les travaux quotidiens et la période sacrée. Ceux qui n'avaient pas les moyens de se procurer des chandeliers, creusaient des légumes ronds comme les navets ou les cucurbitacées qu'ils décoraient de papier coloré, de houx et de gui.

Les guirlandes de solstice
Avec de petites branches de laurier, de houx, de lierre et de romarin, on confectionnait des guirlandes sur lesquelles on attachait des pommes de pin, des noix, des glands et des baies de rhododendron. Ces guirlandes symbolisaient la roue de l’année et l’accomplissement d’un nouveau cycle de saisons. Ces guirlandes étaient ensuite suspendues aux portes d’entrée des maisons. Au douzième et dernier jour du solstice d’hiver, le 6 janvier au soir, ces guirlandes étaient brûlées rituellement.

Le gui
Pour les druides,il n’y avait pas de plante plus sacrée que le gui. Banni des décorations de Noël par l’Eglise en raison de sa connotation druidique, le gui n’a jamais cessé d’être apprécié suspendu en bouquet devant ou derrière les portes d’entrée des maisons ou encore à la poutre centrale de la pièce principale où il restait en place jusqu’au solstice d’hiver suivant.


Dernière édition par Freya le Lun 26 Jan 2015 - 8:24, édité 1 fois
avatar
Freya

Messages : 883
Date d'inscription : 24/08/2012
Localisation : Vosges

Revenir en haut Aller en bas

Re: Noël, solstice d'hiver et traditions européennes

Message  Freya le Mer 5 Déc 2012 - 14:33

Nouvel An, seuil d'un nouveau cycle solaire, était chargé d'une signification spirituelle. Comme le Soleil renaissait dans les profondeurs hivernales, il offrait une occasion de fermeture et de renouveau. C'était le moment idéal pour oublier les vieilles rancunes et les querelles entre parents et voisins. Alors que les portes de l'An Neuf étaient sur le point de s'ouvrir sur des perspectives d'espoir en l'avenir, il était important de dissoudre les échecs passés et de clore toutes les affaires de l'année qui touchait à sa fin. Les dettes devaient être payées, les objets empruntés rendus.

Le Jour de l'An Neuf, était considéré comme un modèle pour les mois à venir, car tout ce qui se passait ce jour là, se répercuterait sur les mois à venir. Les premières personnes qui franchissaient le seuil de la porte, apportaient du pain, de l'orge, du sel ou une bûche pour l'âtre.

Dans un rite très ancien, les jeunes filles des villages allaient chercher la "fleur du puits", première eau de l'An Neuf. L'eau devait être puisée en silence et sans laisser le seau toucher le sol.
Avant l'aube, les enfants allaient puiser de l'eau, et à l'aide d'une petite branche de pin ou de sapin, ils aspergeaient toutes les personnes qu'ils rencontraient en leur souhaitant une Heureuse Nouvelle Année tout en chantant une très ancienne chanson dont la signification s'est perdue dans la nuit des temps.
avatar
Freya

Messages : 883
Date d'inscription : 24/08/2012
Localisation : Vosges

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum