Les Cheveux et leurs Symboles

Aller en bas

Les Cheveux et leurs Symboles

Message  Freya le Lun 8 Jan 2018 - 20:55

Les Cheveux et leurs Symboles

A l'instar des rognures d'ongles et même de la salive, du sang ou de toute autre partie du corps, les cheveux gardent des rapports intimes avec le corps et cela bien après leur séparation d'où l'habitude que nous avons de conserver une mèche ou boucle de cheveux des bébés ou leurs dents de lait.

LA  COUPE

Les cheveux sont aussi le symbole de certaines vertus ou pouvoirs comme ce fut le cas pour Samson, et il arrive qu'ils se substituent entièrement à la personne comme ce fut le cas pour Tang le Victorieux, fondateur de la dynastie Shang, pionnière de la civilisation chinoise. Pour le bonheur de son peuple, il s'offrit en victime en se coupant les cheveux et les ongles qui, du point de vue biologique, lui étaient identiques.
Ainsi, se couper les cheveux pouvait revenir non seulement à effectuer un sacrifice, mais encore à renoncer volontairement ou non, aux prérogatives et, au final, à sa propre personnalité.

- Extrême-Orient

Dans l'ancienne Chine, des cheveux coupés courts équivalaient à une mutilation et son propriétaire se voyait interdire l'accès à certaines hautes fonctions.
Au Vietnam, coupés ou tombés, ils étaient soigneusement récupérés y compris sur les brosses et les peignes et conservés pour en faire ultérieurement des perruques ou des postiches pour parer ultérieurement à un déficit capillaire, mais surtout, pour éviter qu'ils ne servent à des manipulations magiques destinées à influer sur la destinée ou la santé de leur propriétaire. Ils servaient également à la divination qui était un véritable art chez les Vietnamiens.

- Péninsule indienne et Népal
On y rencontre cette même coutume de sacrifier sa chevelure dans sa totalité ou en partie comme ce fut le cas de Gautema Siddhartha dit le Bouddha.

- Europe
L'entrée dans l'état monastique implique la tonsure et la coupe de cheveux devient donc en Europe, le symbole d'une fonction spirituelle, et pour les moniales, un symbole de pénitence.



Lorsque pour des raisons d'hygiène évidentes, on commença à se couper les cheveux en France, seuls les monarques et les princes conservent le privilège de garder les cheveux longs. Les cheveux longs deviennent alors un symbole de puissance tout comme chez les Celtes où seuls les nobles et les rois portent les cheveux longs et soignés. Les cheveux des rois comme ceux de certains prêtres, étaient objet d'un tabou.


Chez les Gaulois, la chevelure éparse est un signe distinctif entre ceux qui sont indépendants et libres (Gallia Comata ou Gaule Chevelue) et ceux qui avaient perdu leurs cheveux avec leur liberté (Gallia braccata ou Gaule des braies).
En Allemagne il était de coutume de ne pas couper les cheveux d'un enfant avant sa première année révolue sous peine de le voir poursuivi par la malchance.
Maints peuples agissent de la même manière. En effet, ils estiment que les enfants sont particulièrement exposés à l'influence néfaste d'esprits maléfiques et que si on leur coupait trop tôt leurs premiers cheveux, ils perdraient une partie de leur force vitale.

- Amériques
Les cheveux des princes héritiers Incas étaient coupés pour la première fois lors de leur deuxième anniversaire et ce n'est qu'à ce moment-là qu'ils recevaient leur nom.
En Arizona, les Amérindiens Hopi coupent collectivement les cheveux de leurs enfants pour la première fois au moment du solstice d'hiver.
Ces coutumes sont la manifestation claire du lien qui existe entre le cheveu et la force vitale. Lorsque l'enfant perd ses premiers cheveux liés à sa vie prénatale, sa propre force vitale prend le relai de celle reçue de sa mère.

- Archipel indonésien

Les cheveux y sont souvent considérés comme le siège de l'âme aussi, ne les coupent-on pas aux enfants afin qu'ils ne risquent pas de la perdre.


LA  COIFFURE

Pour les trois monothéismes, les coiffures féminines quelles qu'elles aient été, étaient liées à la notion de provocation sensuelle ou de symbole sexuel. Ainsi, dans l'iconographie chrétienne, Marie-Madeleine est toujours représentée les cheveux longs, dénoués et épars, rappel de son ancienne condition. Il y a quelques décennies encore, les femmes ne pouvaient entrer dans une église la tête découverte.

- Extrême-Orient

Pour la caste guerrière nipponne, la coiffure ou disposition des cheveux, est d'une extrême importance et devient donc l'élément et le symbole d'une fonction sociale. Celle des lutteurs Sumo est celle évoluée des anciens guerriers nippons.


Lorsque les nomades mandchous devinrent maîtres de la Chine, ils imposèrent aux vaincus la natte qui devint dès lors le symbole d'une reddition puis celui d'une domination collective.
En Chine, à toutes les époques, les cheveux étaient portés défaits en signe de deuil mais aussi de soumission et c'est toujours le cas de nos jours.

- Europe

Dans la Grèce antique, lors des danses rituelles, les Thyades composant le cortège de Dionysos à Delphes, portaient les cheveux épars : "Thyiadas effusis euantis crinibus egit" (conduisit les Thyades qui, les cheveux épars) (Catulle).
Dans nos contes et légendes, sorcières et sorciers portent tous les cheveux défaits en signe de renonciation aux limitations de la vie ordinaire et de l'ordre social.
En Grèce, on représentait les trois Gorgones sous la forme de femmes à la chevelure éparse et transformée en paquets de serpents entrelacés. Leur chevelure est donc le symbole de la force et du pouvoir féminins.
Entre 1830 et 1900, en France comme en Allemagne, une mode consistait à crocheter des bijoux avec les cheveux d'êtres chers. Ils étaient faits soit avec les cheveux d'une personne décédée ce qui en faisaient alors des symboles de deuil, soit avec ceux d'une personne aimée et en vie et étaient alors le symbole de l'amour ou de l'affection pour cette personne.


Les cheveux disposés en collier autour de la tête, symbolisent les rayons solaires.

- Péninsule Indienne[/b]
Aux Indes comme en Grèce, les divinités terribles comme Shiva sont reconnaissables à leurs cheveux épars.  

- Papouasie Nouvelle Guinée

Lorsqu'ils sont en deuil, les Papous ne taillent ni ne soignent leur chevelure.


Jeunes Papous portant le deuil

- Archipel indonésien

Les cheveux y sont souvent considérés comme le siège de l'âme aussi, ne les coupent-on pas aux enfants afin qu'ils ne risquent pas de la perdre.
avatar
Freya

Messages : 929
Date d'inscription : 24/08/2012
Localisation : Vosges

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum