Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : la prochaine extension ...
Voir le deal

Concubines de la dynastie Ming : une vie d'abus, de torture et de meurtre pour des milliers de femmes

Aller en bas

Concubines de la dynastie Ming : une vie d'abus, de torture et de meurtre pour des milliers de femmes Empty Concubines de la dynastie Ming : une vie d'abus, de torture et de meurtre pour des milliers de femmes

Message  Freya Ven 29 Oct 2021 - 15:41

La dynastie chinoise des Ming a duré 276 ans (1368 – 1644 après JC) et a été décrite comme « l'une des plus grandes époques de gouvernement ordonné et de stabilité sociale de l'histoire de l'humanité ». Cette dynastie devint une superpuissance mondiale en entreprenant de grandes expéditions en mer avant Christophe Colomb et produisant des livres avant l'invention de l'imprimerie par Gutenberg. Alors que cette dynastie était louée d'une part pour sa stabilité et son innovation, elle comportait d'autre part un côté sombre et horrible.

La cruauté des empereurs Ming ne connaissait pas de limites et visait spécifiquement les concubines impériales. Certains empereurs Ming avaient plus de 9 000 concubines, dont beaucoup ont été kidnappées dans leurs maisons et n'avaient pas le droit de quitter leur prison dorée sauf, lorsqu'elles étaient appelées à partager la couche de l'empereur. A cette époque, la pratique du bandage des pieds était répandue et les femmes ainsi entravées, ne pouvaient s'enfuir ni même entrer dans la chambre à coucher de l'empereur, mais devaient y être portées nues à l'homme qui l'attendait.

Concubines de la dynastie Ming : une vie d'abus, de torture et de meurtre pour des milliers de femmes Hongwu10
L'Empereur Hongwu (1368-1398).

Un fondateur obsessionnel
Le fondateur de la dynastie Ming était l'empereur Hongwu, et il est considéré comme l'un des empereurs chinois les plus influents et les plus importants. D'abord moine sans le sou errant en Chine, il devint l'un des chefs de guerre les plus puissants d'Asie. En 1368, il commanda l'armée qui expulsa les envahisseurs mongols qui avaient gouverné la Chine pendant un siècle.
Après avoir établi sa dynastie, il adopta le nom « ming », mot mandarin pour "brillant". Cependant, sa cruauté se fit connaître au-delà du champ de bataille. Derrière des portes closes, il gardait les concubines enfermées et les soumettait à la torture. Sa fierté et sa jalousie le poussèrent à contrôler tous les aspects de leur vie. Afin de continuer à les contrôler même après sa mort, il innova la tradition selon laquelle les concubines seraient tuées, forcées de se suicider ou enterrées vivantes aux côtés de l'empereur mort. Yongle et l'empereur Hongxi, deux des successeurs de l'empereur Hongwu, poursuivirent cette horrible tradition. Heureusement, l'empereur Zhengtong abolit cette pratique dans son testament en 1464, de sorte que les concubines des autres empereurs n'avaient à craindre que la perte de la faveur au lieu de la mort.

Concubines de la dynastie Ming : une vie d'abus, de torture et de meurtre pour des milliers de femmes 35060110
Concubines chinoises.

Massacres dans la Cité Interdite
L'empereur Yongle est célèbre pour avoir créé une seconde capitale chinoise. En plus de celle de Nanjing il créa celle Pékin comme on l'appelle encore aujourd'hui et où il fit construire « La Cité Interdite ».  Le Palais impérial chinois à Pékin fut occupé de 1420 à 1912. Son règne se solda par un mélange de réformes militaires, économiques et éducatives dans son style propre de gouvernement dictatorial. Cependant, ses actes de cruauté furent nombreux et sont bien documentés. En 1421, le jour du Nouvel An, peu de temps après que Yongle dévoila la Cité interdite, des rumeurs circulèrent selon lesquelles l'une des concubines préférées de l'empereur s'était suicidée parce qu'elle avait eu une liaison avec un eunuque du palais en raison de l'impuissance de l'empereur.

Concubines de la dynastie Ming : une vie d'abus, de torture et de meurtre pour des milliers de femmes Forbid10
La cité interdite.

Humilié, l'empereur se mit au travail pour faire taire tous ceux qui étaient au courant de ses dysfonctions érectiles, ainsi que toutes les personnes impliquées. Il dit au reste du palais que la concubine en question a été empoisonnée. Il rassembla ensuite 2 800 femmes de son  harem et les fit toutes décapiter. Dans cette exécution de masse, des filles aussi jeunes que 12 ans furent mises à mort. Bien qu'il n'y ait aucune mention de ce massacre dans les archives officielles, il existe néanmoins un récit écrit d'une autre de ses concubines, Lady Cui, qui était alors absente du palais. Peu de temps après, Lady Cui ainsi que 15 des concubines restantes de l'empereur furent pendues à des cordes en soie blanche dans les couloirs de la Cité interdite le jour des funérailles de l'empereur Yongle.

Obsessions alternatives
Le dixième souverain Ming, Zhengde, s'est élevé jusqu'au trône en 1505. Lassé des concubines, il devint obsédé par la vie d'un citoyen ordinaire. Il s'éclipsait la nuit, déguisé, et fréquentait les bordels locaux. Cependant, cela ne l'empêcha nullement de rassembler tant de concubines que, dit-on, beaucoup sont mortes de faim car il n'y avait pas assez de nourriture pour les sustenter ou de place pour les loger. De nombreux historiens prétendent que c'est le règne de Zhengde qui mena à la chute de la dynastie Ming. Son successeur Jiajing était obsédé par la recherche d'un élixir devant lui fournir la vie éternelle et il croyait que l'ingrédient clé de cet élixir était le sang des menstrues des vierges. Pendant son règne, il ordonna que des milliers de filles soient rassemblées et emmenées dans la Cité interdite pour être «récoltées». Pour s'assurer que leurs corps étaient purs, leur régime alimentaire se limitait aux mûres et à l'eau de rosée. Beaucoup moururent d'inanition. Mais en 1542, un groupe de 16 concubines riposta. Leur tentative de faire tomber l'empereur violent est connue sous le nom de complot de Renyin.


Concubines de la dynastie Ming : une vie d'abus, de torture et de meurtre pour des milliers de femmes Cite-i10
La cité interdite.

Un jour, tandis que l'empereur passait la nuit dans la chambre de sa concubine préférée, l'épouse Duan (connue également sous le nom de Lady Cao), les concubines conçurent un plan qu'elles mirent à exécution. Après que l'épouse Duan se fut retirée avec ses serviteurs, l'empereur resta seul et les femmes du palais en profitèrent pour l'attaquer. Les femmes tinrent l'empereur au sol tandis qu'une concubine tentait de l'étrangler avec un ruban de ses cheveux. Comme cela échoua, elles nouèrent un cordon de rideau de soie autour de son cou, mais ont malheureusement, au lieu d'un nœud coulant, elles utilisèrent  une sorte de nœud inadéquat et ne purent donc le serrer suffisamment pour achever le travail. L'une des conspiratrices prise de panique, signala la tentative d'assassinat à l'impératrice Fang. Comme l'empereur resta inconscient jusqu'au lendemain après-midi, l'impératrice prit les choses en main et, tragiquement, fit exécuter les femmes du palais par « décapitation lente », connue également sous le nom de « mort par mille coups ». Les familles de ces concubines furent également exécutées.

Concubines de la dynastie Ming : une vie d'abus, de torture et de meurtre pour des milliers de femmes 20150510
Matin de printemps au palais Han.

Le seul bon Ming
Cependant, parmi tant de cruauté, il y eut un empereur Ming qui limita ses relations intimes et aucune cruauté de sa part envers les membres de son palais ne fut jamais documentée. Hongzi, neuvième empereur Ming et père de Zhengde, vit quel genre de vie répondait à de multiples mariages, des milliers de concubines, et la cruauté envers tous. Son père, l’empereur Chenghua, obsédé par la pornographie négligea son trône permettant ainsi aux eunuques d’exercer un pouvoir immense. La mère de Hongzhi, une épouse nommée Lady Ji, fut assassinée par Lady Wan, la concubine préférée et sans enfants,   jalouse de la nomination de Chenghua au rang d'héritier de Hongzhi. Avant cela, Lady Wan avait assassiné autant d’enfants de l’Empereur qu’elle avait pu en trouver, tuant souvent les mères aussi bien dans une tentative de gagner la faveur pour le fils qu'elle ne mit jamais au monde. Chenghua vit les inconvénients de la possession d'un trop grand nombre de concubines et du pouvoir qu'elles pouvaient détenir au sein de la maison impériale. En conséquent, deux impératrices se succédèrent l'une après l'autre à ses côtés, et il n’existe aucune documentation suggérant qu’il fut aussi violent, cruel ou mauvais que n’importe lequel des autres empereurs Ming.
________________________________________
Références:

Leafe, David., 2014. L'Impitoyable Ming. [En ligne]
Disponible sur : http://www.dailymail.co.uk/news/article-2760019/The-Merciless-Ming-The-Chinese-dynasty-unspeakably-cruel-one-debauched-history-produced-sublime- art-British-Museum.html

Precious Media, 2013. Concubine de l'empereur : 4 histoires horribles de l'histoire chinoise. [En ligne]
Disponible sur : http://www.kojewel.com/odd/concubine-to-the-emperor-4-horrific-stories-from-chinese-history.htm
Freya
Freya

Messages : 1334
Date d'inscription : 24/08/2012
Localisation : Vosges

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum