Le Deal du moment :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où ...
Voir le deal
Le Deal du moment : -14%
Apple MacBook Air (2020) 13,3″ Puce Apple M1 ...
Voir le deal
799 €

L'Ordre de chevalerie du Dragon, bouclier médiéval de la chrétienté

Aller en bas

L'Ordre de chevalerie du Dragon, bouclier médiéval de la chrétienté Empty L'Ordre de chevalerie du Dragon, bouclier médiéval de la chrétienté

Message  Freya Mer 3 Nov 2021 - 18:50

Les ordres de chevalerie médiévale sont l'étoffe légendaire et idéalisée de la légende. L'image qu'ils donnaient d'eux était celle de chevaliers honnêtes, défendant leur foi, les faibles et les innocents, aux manières sophistiquées et aux armures brillantes. Pour un jeune paysan médiéval, ces chevaliers étaient probablement l'objet de leur plus grande admiration. Mais étaient-ils vraiment vraiment aussi parfaits ? La vérité est qu'ils ont lutté pour prospérer et atteindre la grandeur des ordres militaires qui furent créés pendant les croisades. L'Ordre du Dragon était l'un de ces ordres de chevalerie importants, réservé uniquement aux nobles et aux dirigeants de l'Europe médiévale.

L'Ordre de chevalerie du Dragon, bouclier médiéval de la chrétienté Sigism10
Sigismond du Luxembourg.

L'Ordre du Dragon fut fondé dans des temps difficiles

L'homme clé derrière cet ordre de chevalerie monarchique médiéval, était Sigismond de Luxembourg, roi de Hongrie. En 1408 après JC, ce puissant monarque fonda la Societas Draconistarum avec sa femme, Barbara de Celje. Aujourd'hui, nous connaissons cette société sous le nom d'Ordre du Dragon, même si son créateur le nomma simplement « société ». Ses membres se distinguaient par un signum draconis - un symbole de l'ordre facilement reconnaissable.
Lors de sa conception, l'Ordre du Dragon était calqué sur les ordres de chevalerie qui étaient importants à l'époque des croisades . Ces ordres étaient les légendaires défenseurs du christianisme pendant la lutte tumultueuse pour la reconquête de la Terre Sainte. Cependant, à l'époque de Sigismond de Luxembourg, les croisades appartenaient au passé. Mais la menace contre le christianisme était toujours présente.

La Chevalerie et l'Ordre de la Toison d'Or
A l'époque, Sigismond était roi de Hongrie, régnant de 1387 à 1437, mais plus tard dans sa vie, il devint également l'empereur romain germanique (1433 - 1437), un fait qui allait contribuer énormément au pouvoir de son ordre nouvellement établi. Sigismond créa sa « société » dans le but de défendre la sainte croix - c'est-à-dire le christianisme - et de combattre ses ennemis, au premier rang desquels se trouvaient les Turcs ottomans qui, à l'époque, déferlaient sur l'Europe.
Cependant, il y avait tout un contexte politique derrière la création de l'ordre. C'était un véritable outil pour Sigismond pour consolider sa domination sur le royaume de Hongrie qui était au mieux fragile. Sigismond de Luxembourg, fils de l'empereur romain germanique, épousa la reine Marie de Hongrie en 1385 sans son consentement.
Le mariage fut ni plus ni moins un outil politique qui fit simultanément de Sigismond le roi de Hongrie et de Croatie. Lorsque sa femme décéda tragiquement lors d'un accident de chasse en 1395, il se retrouva seul à porter la couronne. Cependant, il dut gagner le soutien populaire à la cour afin de maintenir son autorité et assurer son règne. Qui plus est, l'Europe - et la Hongrie - étaient confrontées à une menace majeure de la part des Turcs ottomans.

L'Ordre de chevalerie du Dragon, bouclier médiéval de la chrétienté Nikc3a10
Bataille de Nicopolis 1396.


Les Serbes vaincus et Sigismond le prochain sur la liste

En 1389 une bataille fatidique eut lieu. C'était la bataille de Kosovo Polje, dans laquelle toute la puissance de la noblesse médiévale serbe s'était unie pour faire face aux envahisseurs turcs ottomans. Les chefs des deux armées furent tués dans l'engagement qui suivit et leurs armées détruites en grande partie, alors que la bataille ne fut pas décisive. Cependant, à plus grande échelle, la Serbie fut mise à genoux, l'affaiblissant considérablement et permettant aux Ottomans de poursuivre leurs invasions de l'Europe.
A peine deux ans plus tard, les Ottomans reprirent les hostilités en capturant la principale forteresse bulgare de Nicopolis. Lorsque le pape Boniface IX annonça une croisade contre les Turcs, Sigismond chercha à renforcer son pouvoir et sa position en prenant la charge nominale la croisade. Hélas, lors de la bataille de Nivopolis qui suivit en 1396, les ordres de Sigismond furent totalement ignorés par le commandant français Jean de Nevers. En conséquence, la bataille se solda par une défaite totale. Une grande majorité des croisés furent tués et leurs chefs eurent juste le temps de se s'échapper, Sigismond inclus.
Suite à cela, Sigismond retourna en Hongrie et commença à renforcer sérieusement son règne, en établissant des alliances dans la mesure du possible. Il s'allia à de puissants nobles tels que Stibor de Stiboricz, Nicolas II Garay et Hermann II de Celje, obtenant ainsi leur soutien militaire à l'aide duquel il put réprimer les rivaux qui s'étaient dressés contre lui en Hongrie. De plus, il épousa Barbara de Celje, la fille d'Hermann II, renforçant ainsi leur alliance.
Face à de nouvelles menaces et pour augmenter son pouvoir, Sigismond créa l'Ordre du Dragon. Il devient donc clair qu'il le fit afin de créer de fortes affiliations politiques et de s'allier avec les principaux monarques chrétiens. Non seulement il serait alors en mesure de faire face à la menace ottomane, mais il assurerait également son emprise sur la Hongrie et s'assurerait d'être le dirigeant régional le plus puissant.
Tous les nouveaux membres de l'Ordre durent jurer fidélité au roi Sigismond et protéger ses intérêts royaux. Certains historiens soutiennent que l'Ordre a simplement été créé en tant qu'« institution » de la cour royale hongroise. Mais en termes plus simples, nous pouvons voir que l'Ordre était simplement une « alliance » de monarques et d'aristocrates éminents d'Europe, créée pour assurer une aide militaire mutuelle et une coalition contre la menace ottomane globale.

L'Ordre de chevalerie du Dragon, bouclier médiéval de la chrétienté Despot10
Stefan Lazarević

La crème de l'aristocratie européenne
Dès sa fondation, l'Ordre du Dragon compta les figures les plus importantes de l'Europe médiévale. Sigismond rassembla autour de lui les monarques et les nobles chrétiens les plus courageux, les plus riches et les plus puissants, tout en assurant sa prééminence dès le début. Il commença avec 24 chevaliers et nobles européens, membres fondateurs de l'Ordre du Dragon. Ce n'étaient en aucun cas des hommes ordinaires. Ils étaient l'élite de l'Europe dans tous les sens du terme : des hommes caractérisés par les principes moraux les plus élevés et unis par leur pouvoir et une foi chrétienne commune.
Le plus puissant de ces hommes - après le roi Sigismond - fut le souverain serbe, le despote Stefan Lazarević. Selon la charte fondatrice de l'Ordre de 1408, le despote Stefan fut le premier membre honorable de l'Ordre à recevoir une place honorable de « premier parmi ses pairs », juste derrière Sigismond. Ce monarque serbe était à l'époque l'un des dirigeants les plus éminents d'Europe. Il excellait dans les aspects chevaleresques : il était notamment grand et musclé ; considéré comme l'un des meilleurs chevaliers et commandants militaires de son temps ; était très puissant et riche ; et était l'allié le plus proche de Sigismond.
Outre le despote Stefan, les autres membres fondateurs comprenaient Stibor de Stiboricz d'Ostoja, un puissant aristocrate polonais hongrois et le duc de Transylvanie ; Pippo Spano, un magnat florentin et proche confident du roi Sigismond  ; Nicolas II Garai, l'un des nobles hongrois les plus puissants et le palatin (haut fonctionnaire) de Sigismond ; Frédéric II, le puissant comte de Celje ; Hermann II, comte de Celje et beau-père de Sigismond ; Carolus de Krbava, un éminent noble croate de la famille Kurjaković ; et de nombreuses autres personnalités éminentes des cours européennes.

Du célèbre Stefan le Grand au légendaire Vlad III Dracula

Certains des autres membres éminents qui rejoignirent l'Ordre par la suite, furent le prince Vuk Lazarević, le frère du despote Stefan ; Fruzhin, un guerrier renommé et fils de l'empereur bulgare Ivan Shishman ; Alphonse le Magnanime, roi d'Aragon ; Ferdinand Ier, roi de Naples ; Hrvoje Vukčić Hrvatinić, Ban de Croatie et Grand-Duc de Bosnie ; et plein d'autres.
Parmi les plus notables membres de l'Ordre se trouvait Vlad II le Dragon (Dracula) le voïvode (commandant de région militaire) de Valachie. Il était très fier d'être membre de la société, allant jusqu'à prendre pour emblème un dragon et à se donner le surnom de Dracula, signifiant « le dragon ». Son fils et héritier, Vlad III Dracula fut également fait membre de la société. Il s'agit du célèbre Vlad III Dracula, connu plus tard sous le nom de Vlad l'Empaleur. C'est Vlad l'Empaleur qui deviendra l'un des membres les plus connus de l'Ordre du Dragon, l'un des plus farouches défenseurs du christianisme et ennemi des Turcs ottomans.
Comme son nom l'indique, l'emblème et les armoiries de l'Ordre étaient un dragon. L'emblème représentait un dragon déchu avec la queue enroulée autour de son cou et le bouclier de Saint-Georges sur son dos. Il était le dragon déchu et battu par Saint Georges. Le statut de l'Ordre, écrit en 1408, stipule ce qui suit en ce qui concerne l'emblème :
« ... nous et les barons et magnats fidèles de notre royaume porterons, aurons, choisirons et accepterons de porter à la manière de la société, le signe ou l'effigie du Dragon incurvé en forme de cercle, la queue s'enroulant autour de son cou, divisée au milieu de son dos sur toute sa longueur depuis le sommet de sa tête jusqu’à l’extrémité de sa queue, avec du sang [formant] une croix rouge s'écoulant à l’intérieur de la fissure blanche indemne de sang, tout comme et de la même manière que ceux qui combattent sous la bannière du glorieux martyr Saint-Georges ont l'habitude de porter une croix rouge sur un champ blanc… »

De plus, le statut de l'Ordre explique en détail la mission et le caractère de la société. De ce passage survivant, il est clair que le but principal de l'Ordre était la défense de la chrétienté contre les Turcs, les païens, les schismatiques et les païens.
«...en compagnie des prélats, des barons et des magnats de notre royaume, que nous invitons à participer avec nous à ce parti, en raison du signe et de l’effigie de notre pur penchant et de notre intention d’écraser les actes pernicieux du même perfide ennemi, et des disciples de l’ancien Dragon, et (comme on pourrait s’y attendre) des chevaliers païens, schismatiques, et d’autres nations de la foi orthodoxe, et ceux envieux de la Croix du Christ, et de nos royaumes, et de sa religion sainte et salvatrice de la foi, sous la bannière de la Croix triomphante du Christ …”

L'Ordre de chevalerie du Dragon, bouclier médiéval de la chrétienté Vladi-10
Vlad III Dracula (le Dragon) dit l'Empaleur.

Une puissante alliance politique et militaire

Pourtant, si nous observons cette «mission» d'un point de vue historique, nous pouvons voir que Sigismond avait l'intention claire de créer un outil polyvalent qui l'aiderait à faire face à tous les ennemis du royaume hongrois. Ceux-ci comprenaient toutes les factions « anticatholiques », principalement les Turcs. Cependant, cela englobait de nombreux groupes politiques et religieux en Europe qui menaçaient le catholicisme et le royaume de Sigismond, à la fois politiquement et militairement.
Il y avait, par exemple, les bosniaques « Bogomils », un groupe religieux prétendument chrétien qui fut persécuté comme hérétique par le Pape. Avant la fondation de l'Ordre, Sigismond était en conflit avec les nobles croates et bosniaques. Bien que la devise officielle de l'Ordre ne soit pas connue, il est possible qu'elle fut la suivante : O Quam Misericors Est Deus, Pius et Justus (« que Dieu soit miséricordieux, fidèle et juste »).
De cette devise dérivent d'autres variantes, telles que "Oh, que Dieu soit miséricordieux", ou Justus et Paciens (Juste et Patient). Il est important de noter que le statut original de 1408 n'est pas parvenu jusqu'à nous. Au lieu de cela, le plus ancien document littéraire connu de la société est daté de 1707, qui est une copie du statut original. Ces documents sont conservés à l'Université de Budapest en Hongrie.

L'Ordre de chevalerie du Dragon, bouclier médiéval de la chrétienté Dragon10
Reconstitution de l'emblème.


L'Ordre fut de courte durée

L'empereur romain germanique et roi de Hongrie, Sigismond de Luxembourg , mourut en 1437. Après sa mort, l'Ordre perdit rapidement de l'importance. Le proche allié de Sigismond et le premier membre de la société, le despote serbe Stefan, mourut dix ans avant Sigismond - en 1427. Un autre membre important, Vlad II Dracula père de Vlad III Dracula dit l'Empaleur, mourut dix ans après Sigismond, en 1447. Avec la perte d'autres membres cruciaux, et l'expansion rapide de l'Empire ottoman, l'Ordre perdit sa valeur politique et militaire et disparut peu à peu.
Pourtant, l'histoire de ce célèbre ordre de chevalerie nous montre à quel point les alliances militaires et politiques étaient importantes dans l'Europe médiévale. Face à l'invasion des Turcs, le roi Sigismond utilisa de son influence et de son pouvoir pour rassembler autour de lui les monarques chrétiens les plus en vue. Malheureusement, même ensemble, ils ne purent assurer la survie de l'Europe ou celle de leur Ordre du Dragon.

________________________________
Références


Clements, C. 2006. L'Ordre du Dragon : La Bataille entre "l'Autre Histoire" et l'Histoire Acceptée . Pub indépendant Createspace.

Harris, K. 2020. "L'Ordre du Dragon: une ancienne société à laquelle appartenait le père de Dracula" dans History Daily. Disponible sur : https://historydaily.org/order-of-the-dragon-ancient-society-draculas-father-belonged

Inconnu, 2015. « L'Ordre du Dragon » à Manasija . Disponible sur : http://manasija.rs/history/order-of-the-dragon/?lang=en
Freya
Freya

Messages : 1334
Date d'inscription : 24/08/2012
Localisation : Vosges

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum