Chronique du Grand Minimum Solaire

Aller en bas

Chronique du Grand Minimum Solaire Empty Chronique du Grand Minimum Solaire

Message  patanjali le Ven 27 Sep 2019 - 9:59

La scientifique russe Zharkova a prédit le prochain grand minimum solaire, similaire au minimum de Maunder, qui commence en 2020 et durera jusqu'en 2055. (rappel)

Cette chronique signale des événements attribuables à l'affaiblissement de l'activité solaire et du champ magnétique terrestre.

Le site spaceweather.com/ relate les phénomènes suivants
le 30.08.2019
UNE FISSURE DANS LE CHAMP MAGNÉTIQUE DE LA TERRE: Il n'y a pas eu de tempête géomagnétique le 26 août. Des aurores sont apparues quand même. Sans avertissement, une fissure s'est ouverte dans le champ magnétique terrestre, permettant au vent solaire de pénétrer dans la magnétosphère de notre planète. Alan Dyer a photographié la lueur résultante du sud de la Saskatchewan dans le parc national des Prairies:

Chronique du Grand Minimum Solaire Grasslands_strip

Le 31.08.2019

UN ‘JET ‘ OU ARC GIGANTESQUE AU-DESSUS DE LA CHINE:  Le 25 août, l'astrophotographe chinois Chao Shen de la ville de Shaoxing est allé photographier la Voie lactée à l'extérieur. Un typhon appelé "White Deer" avait traversé la veille et les nuages d'orage se séparaient. "J'ai vu les étoiles - mais ce n'est pas tout", explique Shen. "Un arc gigantesque a éclaté juste devant mes yeux!"

Chronique du Grand Minimum Solaire Gj_strip2

Considérez-les comme des sprites sous stéroïdes: Les arcs gigantesques (Gigantic Jets) sont des décharges fulgurantes qui jaillissent du sommet des orages et atteignent le bord de l’espace. Ils sont énormes et puissants.

"Shen a définitivement attrapé un jet gigantesque", confirme Oscar van der Velde du groupe de recherche Lightning de l'Université polytechnique de Catalogne. "On dirait qu'il a peut-être atteint 90 km au-dessus du sol."

"Les gigantesques Jets sont beaucoup plus rares que les sprites", déclare van der Velde. "Alors que les sprites ont été découverts en 1989 et ont depuis été photographiées par milliers, ce n’est qu’en 2001-2002 que les Jets Gigantesques ont été enregistré pour la première fois à Porto Rico et à Taiwan." Seules des dizaines de gigantesques jets ont jamais été photographiés.

Shen a déclaré que "le Jet venait d'une tempête à environ 100 km au sud-ouest de moi. Il était tellement énorme que je pouvais le voir clairement malgré la distance."

Les observateurs de sprites peuvent se demander si Shen a vraiment vu ce jet. La réponse est oui." Contrairement aux sprites, qui scintillent si rapidement qu'ils sont difficiles à voir à l'œil nu, les jets gigantesques peuvent durer des centaines de millisecondes, suffisamment longtemps pour permettre à un œil humain d'enregistrer sa lueur violette.

Les jets gigantesques font partie d'une ménagerie croissante de formes étranges qui apparaissent au-dessus des orages intenses, notamment des sprites, des elfes, des trolls et des jets bleus. Certains chercheurs pensent que les rayons cosmiques aident à déclencher ces "événements lumineux transitoires" en ionisant l'air dans et autour des sommets des orages. Si tel est le cas, le moment est venu de rechercher à observer de gigantesques jets, car les rayons cosmiques approchent de leur plus haut degré.

Ces phénomènes exceptionnels sont concomittants
-- du début d’un Grand Minimum Solaire (GMS) ;
-- de l’affaiblissement et désorganisation du bouclier géomagnétique ;
­ --de l’augmentation des rayons cosmiques ;

Ils sont précurseurs d’une inversion des pôles du champ magnétique terrestre et du passage à un petit (ou grand) âge glaciaire.


https://www.spaceweather.com/  le 27.09.2619

JET GIGANTESQUE AU-DESSUS DE LA TEMPÊTE TROPICALE KAREN:
La tempête tropicale Karen est actuellement en train de s'effondrer dans les Caraïbes. Juste avant qu'elle ne commence à se décomposer, la tempête a déclenché un formidable éclair foudroyant dans l'atmosphère supérieure. Le 24 septembre, Frankie Lucena a photographié le gigantesque jet de Porto Rico:

Chronique du Grand Minimum Solaire Jet_gi10

Les jets gigantesques sont des décharges de type éclair qui jaillissent du sommet des orages intenses et atteignent la ionosphère à plus de 90 km de la surface de la Terre. Ils sont liés aux sprites, mais plus grands et plus rares. Alors que des milliers de sprites ont été photographiés depuis que la foudre de la haute atmosphère a été largement reconnue dans les années 1980, seules des dizaines de gigantesques jets ont été vus.

Bien que les gigantesques jets soient rares, Lucena les enregistre depuis des années. Il entraîne sa caméra vidéo sur les tempêtes qui passent par Porto Rico. Cela aide lorsque les tempêtes sont à 100 km ou plus, car il peut voir au-dessus des nuages.

Fait intéressant, il constate que les gigantesques jets ont tendance à provenir de tempêtes plus faibles. Les ouragans produisent peu, tandis que les tempêtes tropicales et les vagues tropicales produisent plus. La tempête tropicale en décomposition Karen était typique.


Dernière édition par patanjali le Dim 6 Oct 2019 - 9:00, édité 1 fois
patanjali
patanjali

Messages : 905
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 84

http://sys.theme.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Chronique du Grand Minimum Solaire Empty Re: Chronique du Grand Minimum Solaire

Message  patanjali le Dim 6 Oct 2019 - 8:39

Réchauffement soudain de la stratosphère (SSW) sur l’antarctique en septembre 2019

Explication climatologique (04/10/2019):
https://www.climato-realistes.fr/rechauffement-brutal-stratosphere-cause-anomalie-temperature-record-septembre-2019/
"Étant donné que la stratosphère est statiquement stable (son gradient de température est presque iso thermique), tout affaissement entraîne une forte augmentation de la température."
"Par effet de continuité de masse, l’air nécessaire à cet affaissement de grande échelle doit provenir des basses latitudes. De même, l’affaissement de l’air s au-dessus de l’Antarctique doit être compensé par une masse équivalente d’air ascendant accompagnée d’une chute des températures. Cela fait partie de ce qu’on appelle la circulation globale de Brewer-Dobson dans la stratosphère. (Notez que comme tout cela se produit dans un environnement stable, il ne s’agit pas d’une convection, mais doit être forcé par des processus dynamiques)."

Cause astrophysique.  
Selon spaceweather.com 21/09/2019
"L'effet Russell-McPherron". :Pendant les semaines autour des équinoxes, des fissures s'ouvrent dans le champ magnétique de la Terre, ce qui permet au vent solaire de pénétrer et d'enflammer les aurores boréales.

NASA 2003 : Fissures de la magnétosphère
https://science.nasa.gov/science-news/science-at-nasa/2003/03dec_magneticcracksa

"Selon de nouvelles observations, toutefois, de la sonde IMAGE de la NASA et des satellites Cluster de la NASA et de l'Agence spatiale européenne, d'immenses fissures se développent parfois dans la magnétosphère terrestre et restent ouvertes pendant des heures. Cela permet au vent solaire de traverser et d'alimenter une tempête spatiale orageuse."
patanjali
patanjali

Messages : 905
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 84

http://sys.theme.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Chronique du Grand Minimum Solaire Empty Re: Chronique du Grand Minimum Solaire

Message  patanjali le Dim 6 Oct 2019 - 13:42

06/10/2019
Le volcan Shiveluch (Kamchatka) envoie des cendres à plus de 11 km d’altitude

Les particules éjectées à une altitude supérieure à 10 km pénètrent souvent dans la stratosphère où elles ont un effet de refroidissement direct sur la planète.

Les minima solaires coïncident avec des éruptions volcaniques explosives attribuées à l'intensification du rayonnement cosmique libérant des gaz dans le manteau terrestre et augmentant ainsi la pression du magma.
patanjali
patanjali

Messages : 905
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 84

http://sys.theme.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Chronique du Grand Minimum Solaire Empty Re: Chronique du Grand Minimum Solaire

Message  Freya le Ven 18 Oct 2019 - 13:14

Les tempêtes solaires selon les anciens astronomes assyriens
Les écrits des astronomes assyriens à propos de leurs observations aident les scientifiques modernes à mieux comprendre le système solaire actuel et ce qui pourrait arriver à l'avenir.

Ce que nous enseignent les astronomes assyriens sur les tempêtes solaires
Il y a 2700 ans, d'anciens astronomes assyriens, considérés comme des érudits professionnels par les rois qui les avaient mandatés, nous ont transmis leurs observations sur une lueur rouge inhabituelle dans le ciel. Une équipe de l’Université de Tsukuba (Japon) a découvert qu’au moins trois anciennes tablettes cunéiformes mentionnent un tel événement, parfois décrit comme un "nuage rouge" ou un un texte disant "le rouge couvre le ciel".

Chronique du Grand Minimum Solaire 220px-17

Lorsque les les scientifiques japonais ont comparé les événements détaillés sur les anciennes tablettes de la ville assyrienne de Ninive avec les concentrations de carbone 14 dans les cernes des arbres, ils ont découvert des preuves de tempêtes magnétiques solaires se produisant à l'époque où les rapports astrologiques ont été établis. Plus précisément, les chercheurs expliquent qu'il "s'agissait probablement de manifestations de ce que nous appelons aujourd'hui des arcs rouges auroraux stables, constitués de la lumière émise par des électrons dans des atomes d'oxygène de l'atmosphère après avoir été excitée par des champs magnétiques intenses".
Et, alors que la plupart des aurores sont reliées aux latitudes plus septentrionales au moment où survient un événement solaire majeur, tel qu'une éjection de masse solaire en période de forte activité magnétique du soleil, ces événements peuvent être vus plus au sud. De plus, les anciens astronomes assyriens ont pu observer ces événements solaires car le champ magnétique de la Terre a changé au cours de milliers d'années, et ils auraient été plus proches du pôle géomagnétique au cours de leur vie.

Le 31 août 2012, un long filament de matériau solaire qui flottait dans l'atmosphère du soleil, la couronne, a éclaté dans l'espace. L'éjection de masse coronale, ou CME, a voyagé à plus de 900 km/s et est reliée à l'environnement magnétique de la Terre, ou magnétosphère, provoquant l'apparition d'une aurore dans la nuit du lundi 3 septembre.

Chronique du Grand Minimum Solaire 800px-15
31 Août 2012

Yasuyuki Mitsuma, l'un des auteurs de la présente étude, déclare que "Bien que les dates exactes des observations ne soient pas connues, nous avons pu réduire considérablement la plage en sachant à quel moment chaque astrologue était actif." Et lorsque ces dates sont comparées avec le carbone 14 radioactif observé dans des échantillons d’anneaux d’arbres de la même période, les chercheurs ont identifié les textes comme décrivant des événements solaires importants.

Comment les anciens écrits assyriens peuvent aider les scientifiques modernes

Vous vous demandez peut-être ce que tout cela a à voir avec nous aujourd'hui. En fait, c’est important parce que, comme les chercheurs l’écrivent dans The Astrophysical Journal Letters , «Ces événements météorologiques spatiaux constituent une menace importante pour une civilisation moderne, en raison de sa dépendance croissante à l’égard d’une infrastructure électronique.» Et les satellites et les engins spatiaux sont particulièrement vulnérables en cas de tempête solaire.
D’un point de vue historique, ceci est intéressant, parce que ces tablettes cunéiformes sont considérées comme les premières traces de ce type d’ événements solaires, repoussant l’information sur ce phénomène d’au moins un siècle. Ainsi, les anciens astronomes assyriens qui ont écrit les textes ont fourni un autre exemple de la façon dont l'apprentissage du passé peut aider à améliorer le présent et parfois même à entrevoir l'avenir.

Autres signes du ciel
Les anciens astronomes ont également rédigé d'autres messages à leurs rois sur ce qu'ils ont vu se produire au-dessus d'eux. Les comètes, les météores, les mouvements planétaires et autres événements célestes fournissaient de bons et de mauvais présages et prédisaient ce que serait la vie dans leur société. D'anciens Babyloniens, à l'aide de méthodes mathématiques avancées, ont pu suivre Jupiter - une planète clé dans leur esprit en raison du lien qu'ils ont établi entre Jupiter et leur dieu principal, Marduk .


________________________________________________
Références :

Hisashi Hayakawa, Yasuyuki Mitsuma, Yusuke Ebihara, Fusa Miyake. The Earliest Candidates of Auroral Observations in Assyrian Astrological Reports: Insights on Solar Activity around 660 BCE . The Astrophysical Journal , 2019; 884 (1): L18 DOI: 10.3847/2041-8213/ab42e4
Freya
Freya

Messages : 1105
Date d'inscription : 24/08/2012
Localisation : Vosges

Revenir en haut Aller en bas

Chronique du Grand Minimum Solaire Empty Re: Chronique du Grand Minimum Solaire

Message  patanjali le Ven 18 Oct 2019 - 17:23

18 octobre 2019
Freya a montré l’image d’une éruption d’août 2012. C’était pendant le maximum du cycle solaire 24.

Chronique du Grand Minimum Solaire Solar-cycle-10-cm-radio-flux

Août 2012 se situe au milieu entre les deux pics de flux.
Le dernier point correspond à septembre 2019, au même niveau qu’au dernier minimum de 2009. Mais aujourd’hui, 18 octobre la proportion de jours sans taches solaires, 74%, a dépassé celle de toute l’année 2009 (73%) et peut continuer à augmenter jusqu’à la fin de l’année.
Étonnamment, ce graphique, parallèle à celui des taches solaires, montre que la NOAA prévoit un allongement et approfondissement du minimum solaire jusqu’en 2023 !
Ce qui annonce des risques d'origine cosmique que le GIEC ignore obstinément et des phénomènes que notre civilisation n’a jamais connus.


spaceweather.com, 18/10/19


AURORES EN MER DE NORVEGE, SANS RAISON PARTICULIERE:

Les tempêtes géomagnétiques et les aurores vont de pair. Les aurores boréales sont la lueur indicatrice du champ magnétique de la Terre qui vibre en réponse au vent solaire. Alors, comment pouvons-nous expliquer cela? Il n’y a pas eu de tempête géomagnétique le 16 octobre lorsque des aurores lumineuses sont apparues au large de la côte de Tromsø, en Norvège


Chronique du Grand Minimum Solaire Tromsz10



iceagenow.info, 18/10/19

Pourquoi ce minimum solaire sera-t-il différent?
Le fait que la magnétosphère terrestre s'affaiblisse également et considérablement, du moins par rapport aux plus récents Minimums, les systèmes de Maunder et de Dalton, est ce qui peut être un précurseur d'une inversion de pôle magnétique.
Les rayons cosmiques explosent, entraînant une augmentation de la nucléation des nuages, ce qui entraîne de plus grandes pluies.
De plus, les champs magnétiques solaire et terrestre sont les moteurs de la configuration des vents changeants de notre stratosphère.
La réponse est là, et beaucoup, de nombreux scientifiques ont prévu exactement ce qui se passait et ce n'est pas de la fraude au réchauffement de la planète, qui est, à mon avis, un crime contre l'humanité de l'élite mondialiste.
patanjali
patanjali

Messages : 905
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 84

http://sys.theme.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Chronique du Grand Minimum Solaire Empty Re: Chronique du Grand Minimum Solaire

Message  patanjali le Sam 26 Oct 2019 - 13:08

26 / 10 / 2019
https://www.spaceweather.com/

"MINIMUM SOLAIRE PROFOND : Le minimum solaire est là - et il est profond. En fait, 2019 vient de dépasser 2018 dans la course vers le bas du cycle solaire. À ce jour, le soleil était vide (sans taches solaires) depuis 222 jours en 2019. L'année dernière, nous n'avions accumulé que 221 jours."
Et nous ne sommes qu'en octobre ... Si le soleil est vide pendant 47 jours de plus cette année, il rattrapera le record d’absence de tache solaire établi précédemment en 2008. "

"Beaucoup de gens pensent que le Minimum Solaire est calme et ennuyeux. La tempête  géomagnétique de  classe G2 d'hier est un contre-exemple. Au cours du Minimum Solaire, le champ magnétique du soleil faiblit, ce qui permet aux courants de vent solaire de pénétrer dans l’atmosphère. Ces courants fouettent la Terre, provoquant  des tempêtes géomagnétiques et des aurores. Les rayons cosmiques sont un autre contre-exemple. L'affaiblissement du champ magnétique du soleil laisse pénétrer des rayons cosmiques supplémentaires dans le système solaire, exposant ainsi les astronautes et les voyageurs aériens au rayonnement de l'espace lointain."


Ajoutons que les rayons cosmiques par  ionisation d’aérosols, augmentent la couverture nuageuse qui réfléchit l’irradiation solaire.
Ils pénètrent jusque dans le manteau terrestre où ils provoquent la formation de gaz dont la pression provoque des éruptions volcaniques explosives. Leurs cendres atteignent la stratosphère (plus que 10 km), réduisant le rayonnement solaire.
Par ces deux effets, la pénétration augmentée des rayons cosmiques favorise un refroidissement climatique.

En 2019 , plusieurs stratovolcans sont entrés en éruptions explosives : en Nouvelle Guinée, au Japon, aux Kouriles et au Kamchatka russe, dans les Andes ; même l’Etna et le Strmboli en Europe sont entrés en éruption. Mais ce ne sont pas encore des supervolcans qui pourraient déclencher un  âge glaciaire ...


Chronique du Grand Minimum Solaire Shiveluch-Aug-25-2-e1566811211688

Shiveluch,Kamchatka, 25/08/2019 (10.4 km)
patanjali
patanjali

Messages : 905
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 84

http://sys.theme.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Chronique du Grand Minimum Solaire Empty Re: Chronique du Grand Minimum Solaire

Message  patanjali le Dim 5 Jan 2020 - 9:26

L’année 2019 s’est terminée avec 281 jour sans tache solaire. Elle n’a pas atteint le recor de 311 jours de 1913, minimum du cycle 13, mais la détection de petites taches transitoires s’est nettement améliorée depuis un siècle. C’est notamment le cas de trois taches apparues dans la nouvlle année qui ont une polarité inversée, ce qui indique leur appartenance au nouveau cycle  25.

Bien que de nombreuses régions (Amérique du Nord, Scandinavie, Russie, mais aussi Inde ou Australie) ont connu des chutes de neige ou des températures négatives exceptionnelles. L’Europe occidentale échappe aux grands froids grâce au Gulf Stream et aux vents d’origine saharienne. Mais rien n’indique le réchauffement climatique prophétisé par les alarmistes du GIEC .

Le climat de la haute atmosphère par contre montre des signes de refroidissement. Des nuages stratosphériques aux couleurs chatoyantes ont été  observéq en scandinavie. Ils n’apparaissent dans cette atmosphère très peu dense seulement à des températures inférieures à -85 C.
Chronique du Grand Minimum Solaire Psc_icehotel_strip

La thermospĥère est très froide et les rayons cosmiques très élevés, sans pourtant atteindre les records précédents du minimum de 2009.

Une nouvelle découverte à la NASA témoigne de la faiblesse actuelle du champ magnétique terrestre.
Une stagiaire de la NASA, Jennifer Briggs, a découvert un nouveau type d'aurore dans des séquences vidéo de 3 ans du ciel arctique.
https://www.iceagenow.info/new-type-of-aurora/

Chronique du Grand Minimum Solaire 5e0132fb855cc21915084db4?width=700&format=gif

Lorsque cette aurore en vortex s'est produite, la limite de la magnétosphère (magnétopause) s'est déplacée vers la surface de la Terre en se déplaçant d'environ 25 000 km en moins de deux minutes (plus de 15 000 miles), selon Briggs. Plus de quatre fois le rayon de la Terre en moins de deux minutes!

Les scientifiques ont attribué l'aurore inédite à un retrait ou une compression soudaine dans le champ magnétique terrestre, Ils ne sont pas en mesure d'expliquer pourquoi cette contraction magnétique s'est produite ou pourquoi le champ magnétique terrestre à diminué si soudainement et rapidement, puisqu il n'y a pas eu d'éruptions solaire ce jour-là.

La décharge soudaine de particules chargées pendant un tel évènement peut interrompre les communications électroniques, confondre le GPS, déplacer les satellites hors de l'orbite, mettre en danger les astronautes et même éliminer les réseaux électriques si l'éruption est suffisamment importante.

Imaginez les ravages que pourrait provoquer une inversion magnétique à part entière.
patanjali
patanjali

Messages : 905
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 84

http://sys.theme.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Chronique du Grand Minimum Solaire Empty Re: Chronique du Grand Minimum Solaire

Message  patanjali le Lun 13 Jan 2020 - 9:30

Éruption de haut niveau au volcan Taal, Philippines - Des cendres projetées à 16,8 km dans la stratosphère.- Effet de refroidissement direct.

Chronique du Grand Minimum Solaire Captur13

Une éruption stratosphérique de haute intensité s’est produite le  12 janvier 2019  aux Philippines, - la première éruption du volcan Taal depuis 1977 (minimum solaire du faible cycle solaire 20).
Une épaisse colonne de cendres volcaniques a été projetée à une altitude de 16,8 km au-dessus du niveau de la mer.

Les particules éjectées à des altitudes supérieures à 10 km se répandent dans la stratosphère où elles persistent souvent et ont un effet direct de refroidissement sur la planète par effet d’écran au rayonnement solaire..
Les éruptions stratosphériques sont corrélées avec les grands minima solaires et sont suivies de refroidissements climatiques. Elles sont dues à la pénétration accrue dans la croûte terrestre des rayons cosmiques, qui sont actuellement proches du record de 2009.
patanjali
patanjali

Messages : 905
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 84

http://sys.theme.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Chronique du Grand Minimum Solaire Empty Re: Chronique du Grand Minimum Solaire

Message  patanjali le Mer 15 Avr 2020 - 7:27

La période autour de l’équinoxe est une période d’instabilité géomagnétique. Le site spaceweather.com a signalé des fissures de la magnétosphère provoquant des aurores inhabituelles.
L’activité solaire reste au stade du Grand Minimum, le champ magnétique solaire est faible laissant pénétrer plus de rayons cosmiques dont l’intensité actuelle (11.2% aujourd’hui) est proche du record enregistré en 2009 (11.07%), ce qui affecte non seulement l’atmosphère mais aussi l’activité géomagnétique et géologique.

Ces derniers jours sont marqués par une brusque augmentation de l’activité volcanique avec 17 volcans en éruption dont certaines explosives. L'activité sismique et volcanique est attribuée à la baisse de l'activité solaire, aux trous coronaux, à la magnétosphère décroissante et à l'afflux de rayons cosmiques pénétrant dans le magma riche en silice.

Le 10 avril, une éruption explosive du fameux Krakatoa a craché des cendres jusqu’ à 14.3 km (lien) et au Kamtchatka, les cendres du Shivelush ont atteint plus de 11 km.
Il faut ajouter à cela une activité sismique augmentée en Islande  et dans la région du Yellowstone avec un séisme de magnitude 6.8 le 31 mars.

Les cendres volcaniques dans la stratosphère au-dessus de 10 km ont un effet de refroidissement climatique prolongé ayant causé dans le passé des étés sans récoltes et initié des petits âges glaciaires.
patanjali
patanjali

Messages : 905
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 84

http://sys.theme.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Chronique du Grand Minimum Solaire Empty Re: Chronique du Grand Minimum Solaire

Message  patanjali le Mer 20 Mai 2020 - 11:23

Le Grand Minimum Solaire perdure : 109 jours sans taches solaire, soit 77% comme le total de l’année 2019.
Le rayonnement comique reste très élevée ; pénétrant la croûte terrestre, il peut être à l’origine de ’activité sismique et d’éruptions volcaniques explosives.
Les éruptions explosives se sont multipliées depuis avril. Le 19 mai, deux volcans d’Indonésie ont encore envoyé des cendres dans la stratosphère, l’un à 14 km, l’autre à 13.7 km.

Le Site electroverse.net commente :

"Ces éruptions de haut niveau sont remarquables car les particules éjectées à des altitudes supérieures à (10 km  persistent  souven dans la stratosphèret, où elles ont un  effet de refroidissement direct sur la planète.

Les éruptions volcaniques sont l'une des principales causes  qui  conduisent la Terre dans son prochain épisode de refroidissement mondial, avec leur ascension mondiale liée à une faible activité solaire, des trous coronaux, une magnétosphère décroissante et l'afflux de rayons cosmiques pénétrant le magma riche en silice.

En plus de l'Indonésie, les volcans islandais se réveillent également, et c'est cette région hautement volcanique du monde qui devrait abriter le prochain big one - celui qui nous ramènera presque instantanément dans un grand gel.

Katla est le dernier volcan ici à montrer des signes d'agitation et a connu un dégazage considérable au cours des derniers jours. De plus, l'activité sismique sous le grand volcan recouvert de glace a également augmenté, et cette activité est probablement causée par des injections de nouveau magma entrant dans la chambre.
Les autorités islandaises sont conscientes des dangers que représente la prochaine éruption de Katla, et une délégation des volcanologues rencontre régulièrement le Parlement islandais pour discuter de la manière de réagir en cas d'éruption, une éventualité dont la question n’est pas si  mais quand."
https://electroverse.net/worldwide-volcanic-uptick/
patanjali
patanjali

Messages : 905
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 84

http://sys.theme.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Chronique du Grand Minimum Solaire Empty Re: Chronique du Grand Minimum Solaire

Message  patanjali le Mar 26 Mai 2020 - 11:17

Le site de l’agence spatiale européenne  confirme que le champ magnétique de la Terre s’affaiblit, que le déplacement du pôle Nord continue et que l’anomalie géomagnétique de l’Atlantique Sud s’accentue; elle s’étend aussi bien à l’Ouest sur le continent sudaméricain qu’à l’est vers l’Afrique.
C'est un trou béant dans un bouclier

Chronique du Grand Minimum Solaire L-anomalie-magnetique-ici-ciel-devient-gouffre

L’agence spatiale évoque la possibilité d’une inversion magnétique mais les médias minimisent l’impact en supposant que ces changements évoluent lentement, sur des millénaires, et ne nous concernent pas.

C’est ignorer que les excursions géomagnétiques coïncident avec des changements climatiques catastrophiques avec extinctions d’espèces et se produisnt environ tous les 10 à 12 mille ans. Les études paléomagnétiques ont montré qu'elles  ne sont pas progressives mais peuvent  s’accélérer et sont parfois intervenus en quelques décennies.

La dernière excursion, celle de Göteburg a coïncidé avec l’ère glaciaire sévère du Dryas Récent, il y a 13000 ans. L’hypothèse d’une nouvelle excursion durant ce siècle de Grand Minimum Solaire n’est donc pas de la science-fiction. L’affaiblissement géomagnétique qui protège des rayons cosmiques et ultraviolets cause déjà des problèmes à l’électronique des satellites qui traversent la zone affaiblie de l’Atlantique Sud. Une excursion géomagnétique risquerait de mettre fin à notre civilisation technologique entièrement dépendante de l’électricité et de l’électronique.
patanjali
patanjali

Messages : 905
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 84

http://sys.theme.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Chronique du Grand Minimum Solaire Empty Re: Chronique du Grand Minimum Solaire

Message  patanjali le Jeu 13 Aoû 2020 - 9:05

Réchauffement et sécheresse en Australie ??

patanjali
patanjali

Messages : 905
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 84

http://sys.theme.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Chronique du Grand Minimum Solaire Empty Re: Chronique du Grand Minimum Solaire

Message  patanjali le Mar 1 Sep 2020 - 10:46

AVERTISSEMENT DE L'HISTOIRE – écit SpaceWeather.com ce 1 septembre 2020
L'ÉVÉNEMENT DE CARRINGTON N'ÉTAIT PAS UNIQUE:

Le 1er septembre 1859, la tempête solaire la plus féroce de l'histoire enregistrée a englouti notre planète. C'était "l'événement Carrington", du nom du scientifique britannique Richard Carrington, qui a été témoin de la fusée éclairante qui l'a déclenché. La tempête a secoué le champ magnétique de la Terre, a déclenché des aurores boréales au-dessus de Cuba, des Bahamas et d'Hawaï, a mis le feu aux stations de télégraphe et s'est inscrite dans les livres d'histoire comme la plus grande Tempête Solaire.

Mais, parfois, ce que vous lisez dans les livres d'histoire est faux.

«L'événement de Carrington n'était pas unique», déclare Hisashi Hayakawa de l'Université japonaise de Nagoya, dont l'étude récente des tempêtes solaires a révélé d'autres événements d'intensité comparable. "Alors que l'événement de Carrington a longtemps été considéré comme une catastrophe ne se produisant qu'une fois dans un siècle, les observations historiques nous avertissent que cela peut être quelque chose qui se produit beaucoup plus fréquemment."

"Pour des générations de météorologues spatiaux qui ont appris à l'école que l'événement de Carrington était unique en son genre, ce sont des pensées troublantes. La technologie moderne est bien plus vulnérable aux tempêtes solaires que les télégraphes du XIXe siècle. Pensez au GPS, à Internet et aux réseaux électriques transcontinentaux qui peuvent transporter des ondes de tempête géomagnétiques d'un océan à l'autre en quelques minutes. Un événement Carrington des temps modernes pourrait provoquer des pannes de courant généralisées ainsi que des perturbations de la navigation, du transport aérien, des opérations bancaires et de toutes les formes de communication numérique."

"De nombreuses études antérieures sur les super tempêtes solaires s'appuyaient fortement sur les comptes de l'hémisphère occidental, omettant les données de l'hémisphère oriental. Cela faussait les perceptions de l'événement de Carrington, soulignant son importance tout en faisant oublier d'autres supertempêtes."

"Un bon exemple est la grande tempête de la mi-septembre 1770, lorsque des aurores rouges extrêmement brillantes ont recouvert le Japon et certaines parties de la Chine. Le capitaine Cook lui-même a vu l'exposition depuis près de l'île de Timor, au sud de l'Indonésie. Hayakawa et ses collègues ont récemment trouvé des dessins de la tache solaire instigatrice, et elle est deux fois la taille du groupe de taches solaires de Carrington. Des peintures, des chroniques et d'autres documents découverts, en particulier de Chine, représentent certaines des aurores les plus basses jamais vues, réparties sur une période de 9 jours."

Chronique du Grand Minimum Solaire Redauroras1770_strip
Ci-dessus: Un croquis de témoin oculaire d'aurores rouges au-dessus du Japon à la mi-septembre 1770. [Ref]

"Ils ont constaté que les super-orages de février 1872 et mai 1921 étaient également comparables à l'événement de Carrington, avec des amplitudes magnétiques similaires et des aurores boréales étendues. Deux autres tempêtes mordillent les talons de Carrington: la panne d'électricité au Québec du 13 mars 1989 et une tempête sans nom le 25 septembre 1909 n'ont été qu'un facteur d'environ 2 moins intenses. "
patanjali
patanjali

Messages : 905
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 84

http://sys.theme.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Chronique du Grand Minimum Solaire Empty Re: Chronique du Grand Minimum Solaire

Message  patanjali le Jeu 3 Sep 2020 - 19:54

Aujourd’hui le site spaceweather.com ajoute la précision suivante :

"En outre, et dans un ``double coup dur '' profondément malchanceux, le champ magnétique de notre planète diminue rapidement et le fait depuis 1850. "
La magnétosphère terrestre est notre protection contre les conditions  spatiales, et en parallèle avec le Grand minimum Solaire (GMS), ce déclin rapide s'est multiplié par dix ces dernières années, se prolongeant vers une inversion ou excursion magnétique possible.

Chronique du Grand Minimum Solaire Revers10

Les experts estiment qu’à partir de 2023 déjà la moindre tempête solaire aurait un impact semblable à l’événément de Carrington.

***
Les prévisions sont des prévisions. Ce qui semble sûr, c’est que nous n’allons pas vers un réchauffement climatique mais vers un refroidissement.

Depuis 3 millions d’années, (période quaternaire) le climat oscille continuellement, entre périodes glaciaires d’environ cent mille ans et inerglaciaires d’environ dix mille ans. Nous vivons la fin de la période interglaciaire de l’holocène, commencée il y a 11 000 ans, et dont les températures ont évolué en déclin depuis 8000 ans.
Chronique du Grand Minimum Solaire Holocene_Temperature_Variations-w-Cooling-Arrow-1

Le GMS annonce un nouveu petit âge glaciaire. Il aurait commencé le 8 juin selon l’astrophysicienne russe Zharkova et durerait jusqu’en 2052. L’évolution semble confirmée par la NASA et la NOAA.

Chronique du Grand Minimum Solaire GSM-and-Sunspots

Doublé de l’affaiblissement du champ magnétique terrestre, le GMS pourrait conduire au basculement vers une nouvelle glaciation de 100 000 ans. Des éruptions de supervolcans survenant lors d’une inversion de polarité peuvent précipiter un hiver volcanique initiant un âge glaciaire comme celui du Drias Récent dont le changement de température était rapides, de l’ordre de 20 à  40 ans.
Réf. R.W. Felix, "Not by fire but by ice"


L’ère des technologies et de l’abondance, favorisées par le climat clément du maximum solaire du vingtième siècle  semble bien terminée,  avec ou sans les idéologies écologiques et la gestion gouvernementale mondialiste désastreuse sous prétextes mensongers de réchauffement ou de pandémie.
patanjali
patanjali

Messages : 905
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 84

http://sys.theme.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Chronique du Grand Minimum Solaire Empty Re: Chronique du Grand Minimum Solaire

Message  patanjali le Sam 3 Oct 2020 - 11:26

Les carottages de glaces arctiques montrent que depuis plus de 400 000 ans des ères glaciaires d’environ 100 000 ans se succèdent, entrecoupées de périodes interglaciaires chaudes d’environ 10 000 ans qui se terminent par une chute brusque de température.
Or nous arrivons à la fin de la période interglaciaire de l’holocène (tout à droite du graphique).
Chronique du Grand Minimum Solaire Ice-Age-Now-precession-and-orbit-by-the-numbers-Jan-Theart
https://www.iceagenow.info/now-descending-into-an-ice-age-video/

L’actuel Grand Minimum Solaire (GMS) est censé provoquer un petit âge glaciaire du type de celui de Mauner dont le maximum est prévu entre 2030 et 2050.
Chronique du Grand Minimum Solaire GSM-and-Sunspots
Mais il pourrait se prolonger par une chute durable de température introduisant une grande ère glaciaire. En effet, le champ magnétique terrestre qui nous protège du rayonnement cosmique s’affaiblit en même temps que les pôles se déplacent, ce qui semble amorcer une inversion des pôles. Or on sait que ces excursions géomagnétiques s’accompagnent de catastrophes cosmiques de nature  électromagnétique (foudres géantes), géologiques (éruptions de supervolcans),  climatiques (dans le sens glaciaire) et d’extinction massives d’espèces.

L’humanité a survécu à plusieurs extinctions de masse et peut encore s’adapter, mais notre civilisation technologique dépendante de réseaux électriques et de systèmes électroniques de plus en plus fragiles ne résistera pas au prochain cataclysme, surtout que la politique écologique dominante ne se prépare pas à un âge glaciaire mais au contraire à un prétendu « réchauffement climatique » purement idéologique.
patanjali
patanjali

Messages : 905
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 84

http://sys.theme.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Chronique du Grand Minimum Solaire Empty Re: Chronique du Grand Minimum Solaire

Message  patanjali Hier à 16:56

Le site spaceweather.com publie ces derniers jours les photos d’aurores rouge prises par différents photographes depuis la mi-octobre.

STRANGE RED AURORAS
: Spoiler alert: We do not know the answer to this question. Where did all the red auroras come from? For much of mid-October, Earth's magnetic field has been very quiet. Extremely quiet. There should have been no auroras at all, yet around the Arctic Circle, photographers recorded scenes like this:
"Etranges aurores rouges:  Alerte: Nous ne connaissons pas la réponse à cette question. D'où viennent toutes les aurores rouges? Pendant une grande partie de la mi-octobre, le champ magnétique terrestre a été très calme. Extrêmement calme. Il n'aurait dû y avoir aucune aurore du tout, mais autour du cercle polaire arctique, les photographes ont enregistré des scènes comme celle-ci:"
Chronique du Grand Minimum Solaire Red1_strip

Chronique du Grand Minimum Solaire Red2_strip

Pour les experts et guides touristiques d’aurores en Scandinavie, ces aurores rouges sont nouvelles, inattendues et sans explication.

On sait pourtant que le champ magnétique terrestre qui nous protège des rayonnements solaires et cosmiques, s’affaiblit en se disloquant. Cela constitue les prémices d’une inversion de polarité du champ géomagnétique qui, malgré les dénégation de la science consensuelle,  peut induire une catastrohe d’ordre électromagnétique, sous forme de foudres géantes destructrices.

Je renvoie à mon post suivant:
https://sciencetradition.forumactif.com/t504-champ-geomagnetique-terrestre-climat-et-extinctions-massives#2772
Il s’agit du mythe  aborigènes d’aurores australes rouges ayant rempli l’espace entre ciel et terre ; détruisant tout. C’est le témoignage transmis par a tradition  d’une telle catastrophe cosmique. Il peut expliquer la découverte archéologique de squelettes humains éparpillés près du lac Victoria en Australie

Les astronomes australiens de l‘Univers Électrique interprètent la plupart des cratères présents sur la lune et autres corps célestes, y compris sur la Terre; comme des impacts d’arcs électriques gigantesques.
patanjali
patanjali

Messages : 905
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 84

http://sys.theme.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Chronique du Grand Minimum Solaire Empty Re: Chronique du Grand Minimum Solaire

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum